Tout savoir sur les portiques de sécurité en entreprise

Face au vol à l’étalage, les entreprises doivent s’adapter et faire appel à des technologies de pointe pour préserver leurs biens. C’est la raison pour laquelle les commerces et locaux professionnels disposent de portiques de sécurité. Mais de quoi s’agit-il exactement et quels sont les différents modèles disponibles sur le marché ?

Qu’est-ce qu’un portail ou un portique de sécurité ?

Dans un magasin, il s’agit d’un dispositif de sécurité antivol placé à un endroit stratégique, notamment à l’entrée, qui constitue un lieu de passage obligatoire pour contrôler la clientèle.

Ces dispositifs ont plusieurs objectifs :

  • Dissuader les voleurs
  • Combattre la démarque inconnue
  • Détecter et remédier aux vols à l’étalage
  • Sécuriser les espaces de vente

Comment choisir un portail de sécurité ?

Il existe différents portiques antivols et il faut prendre en compte les critères suivants avant d’investir dans un tel équipement:

  • La nature des produits mis en vente
  • L’environnement du magasin
  • Le nombre d’entrées et sorties
  • L’importance des vols

Le portique antivol sera différent en fonction du secteur d’activité. Pour protéger son local professionnel, les besoins ne seront pas les mêmes s’il faut empêcher les vols dans une boutique de vêtements ou dans une médiathèque par exemple.

Les portiques de sécurité magasin sont indispensables dans les cas suivants :

  • Renforcer la sécurité en entreprise
  • Systèmes anti-effractions efficaces
  • Protéger son local professionnel
  • En prévention des intrusions

Comment fonctionne un portique anti-vol ?

Un portique de sécurité magasin peut être fait de matériaux, couleurs et tailles différentes. Tout dépend du modèle choisi, le but étant qu’il s’intègre parfaitement à l’environnement.

Le principe de fonctionnement est le suivant : de petits antivols qui se présentent sous la forme de badges ou d’étiquettes magnétiques sont accrochés directement sur les produits en vente.

Pour retirer ces antivols, les caissières ont à leur disposition des détacheurs anti-vols. Si un client tente de sortir avec un article sur lequel le marqueur anti-vol n’a pas été ôté, un champ magnétique va s’activer lors du passage au niveau du portique anti-vol et déclencher une sirène. Le vol sera donc évité !

Des portiques de sécurité magasin différents en fonction des différentes technologies.

Les différents modèles de portiques antivols

Il existe 3 sortes de portiques de sécurité magasin s’appuyant sur des technologies différentes :

  • La technologie radio-fréquence
  • Le dispositif électromagnétique
  • La technologie acousto-magnétique

Le système radio-fréquence (RF) :

C’est le dispositif le plus répandu. Il fonctionne avec une ou deux antennes antivols. Cette technologie est privilégiée dans les magasins de chaussures et de textiles. Elle présente des avantages comme :

  • Un bon niveau de détection situé entre 85 et 90 %
  • Antivols petits et discrets
  • Technologie la moins chère

Cependant, il faut prendre en compte les inconvénients suivants :

Si l’étiquette vient à être décollée, le dispositif va manquer de fiabilité. Le signal de radio-fréquence peut connaître des perturbations à cause d’objets métalliques.

De plus, l’écartement des portiques doit être choisi en fonction de la largeur du passage à protéger. Si le passage mesure 90 cm maximum, une seule antenne sera suffisante. Par contre, si l’allée mesure entre 90 cm et 2 mètres, il faudra installer 2 antennes antivols.

Le budget variera selon le dispositif choisi. Il faut compter entre 1200 et 1700 euros pour un portique équipé d’une seule antenne et entre 1600 et 2000 euros pour un système à 2 enceintes.

Le dispositif électromagnétique (EM) :

Cette technologie fonctionne avec des marqueurs antivols qui peuvent être désactivés ou réactivés indéfiniment. Si l’antivol n’est pas démagnétisé lorsqu’il passe au niveau du portique de détection, la fréquence magnétique détectée par les portails de sécurité va déclencher une alarme.

Ses avantages sont que les antivols sont particulièrement petits, pas chers et ils protègent même les objets métalliques. Ce système est notamment utilisé dans les bibliothèques et médiathèques grâce à l’aspect pratique de l’antivol qu’il est possible de désactiver ou réactiver à volonté. Ainsi, un produit comme un livre ou un CD peut être emprunté sans déclencher l’alarme.

Il faut néanmoins soulever les contraintes suivantes :

  • Faible taux de détection (de l’ordre de 70 %)
  • Équipement onéreux car nécessite impérativement 2 bornes donc les tarifs vont de 3500 à 5000 euros
  • Portée du champ magnétique de détection faible (limitée à 1 mètre)

La technologie acousto-magnétique (AM) :

Ce système est très utile pour les enseignes qui disposent d’un large accès. Il est privilégié dans les pharmacies et les magasins d’optique. Des lamelles fixés sur les articles vont vibrer dès qu’elles se trouveront dans le champ du portique de sécurité et déclencher une sirène d’alarme.

Les avantages de ce système sont :

  • Taux de détection élevé (95 %)
  • Protection des petits articles (pratique pour les produits cosmétiques)
  • Objets métalliques ne provoquent aucune perturbation

Cependant, ce dispositif nécessite souvent 2 antennes antivols et atteint un prix tout de même conséquent (de l’ordre de 3000 euros).

Il est possible également de louer les portiques de sécurité magasin au lieu de les acheter. Cela permet aux entreprises de pouvoir faire des économies et d’étaler leur capacité d’endettement, mais aussi de pouvoir tester l’efficacité d’un portique avant d’investir des sommes coûteuses dans un matériel qui pourrait ne pas être adapté aux besoins.

De même, la location permet de changer régulièrement les modèles en fonction de l’agencement des espaces et d’être toujours à la pointe de la technologie.

Une location à long terme peut aller de 50 à 100 euros et, pour un besoin événementiel, aller de 400 euros par semaine et monter jusqu’à 1000 euros par mois.

comment choisir les portiques de sécurité en entreprise ?

Les détecteurs de métaux portatifs

La sécurité en entreprise peut être également renforcée par l’utilisation de raquettes de détection. Ce sont des détecteurs de métaux qui sont notamment utilisés par les agents de sécurité pour faciliter la recherche d’objets métalliques tels que des couteaux, pistolets, lames de rasoirs…

Ces raquettes sont très maniables et peuvent être utilisées dans le contrôle d’accès des lieux publics comme les discothèques, les gares… mais également dans les entreprises pour contrôler les salariés à l’entrée et à la sortie. La raquette va émettre un signal sonore aussitôt qu’elle détectera un objet métallique.

Il ne faut pas confondre un portail de détection avec un rideau métallique.

Le premier est un système de détection, le second est un système anti-effraction placé en devanture des magasins en prévention des intrusions.

Il existe différents types de rideaux métalliques, à lames micro-perforés, manuels, motorisés. Leur choix dépend du type de local professionnel à protéger.

Comment lutter contre les cambriolages en entreprise ?

Environ 1000 cambriolages par jour ont lieu en France, et plus de 40 % concernent des locaux professionnels. Ces chiffres étant en constante augmentation, il est donc nécessaire de prendre des mesures afin de protéger les personnes et les biens au sein des entreprises.

Il faut savoir que plus l’accès aux locaux sera sécurisé et compliqué pour un cambrioleur, plus la tentative d’effraction aura de chances d’échouer.

Mais quelles mesures adopter pour protéger efficacement son entreprise ? 

La protection physique des entreprises

L’Évaluation du degré de vulnérabilité des locaux

Avant de mettre en place des mesures de protection en entreprise, il est indispensable d’analyser le niveau de sensibilité pour faire face cambriolages de manière optimale.

Pour garantir la sécurité en entreprise, il faut donc connaître :

  • Les types de biens à protéger
  • La valeur de ces biens
  • L’emplacement géographique des bâtiments (sont-ils isolés ou non ?)
  • La circulation à l’intérieur des locaux (encadrée convenablement ou pas) ?

Protéger les abords de l’entreprise

Pour se protéger face aux cambriolages, les extérieurs des bâtiments doivent être sécurisés. La prévention des intrusions passera donc par :

  • L’installation de clôtures hautes et solides
  • L’installation d’un portail avec accès contrôlé
  • La pose de plots ou rails pour empêcher les véhicules indésirables de rentrer et de tenter une attaque ‘bélier’
  • Un éclairage extérieur suffisant pour dissuader les voleurs
  • L’entretien réguliers des espaces verts (végétation pas trop haute pour éviter à un cambrioleur de grimper à un arbre et franchir la clôture)
  • L’installation de rideaux mécaniques et de portes blindées
  • La protection des fenêtres par des films anti-effractions et des barreaux
  • La pose de serrures multipoints
  • Voies d’accès bien dégagées et bien espacées (ne pas placer de panneaux trop imposants pour éviter qu’une personne malintentionnée ne se cache derrière)

Sachant que plus de 90 % des intrusions ont lieu la nuit, les entreprises peuvent faire appel à des sociétés de gardiennage.

Ces prestataires vont mettre en place des agents de sécurité qui vont avoir un rôle préventif et dissuasif pour la sécurité en entreprise. En fonction de la nature et de la valeur des biens à protéger, les agents pourront effectuer des prestations permanentes et s’assurer du contrôle d’accès depuis un poste de garde.

Les agents de sécurité pourront également effectuer des rondes régulières et faire des levées de doute en cas de déclenchement d’alarme.

Les sociétés de gardiennage peuvent aussi mettre en place des rondiers intervenants qui se déplaceront avec un véhicule de société en cas de tentative d’effraction. Ces rondiers feront le tour de l’entreprise à protéger et vérifieront si les accès sont bien sécurisés et toujours opérationnels.

En cas de doute ou de constat réel d’effraction, les agents préviendront les forces de l’ordre et les responsables de l’entreprise.

A noter qu’il est inutile de surprotéger les bâtiments si un point d’accès présente une faille. En effet, les cambrioleurs privilégieront toujours la zone la plus sensible pour pénétrer dans les locaux. La sécurité de l’entreprise doit donc être égale à tous les niveaux.

La protection électronique des entreprises

En prévention des intrusions, des dispositifs électroniques efficaces peuvent être installés dans les entreprises comme un système d’alarme par exemple.

Principe et fonctionnement d’un système d’alarme

Le but d’un tel dispositif est de détecter une intrusion le plus tôt possible et de transmettre l’information dans les plus brefs délais. Un système d’alarme se compose d’une centrale intrusion (généralement placée dans un poste de contrôle sécurité ou poste de garde) reliée à différents types de détecteurs (mouvements, ouvertures) qui vont envoyer une information à la centrale aussitôt qu’un cambrioleur va tenter de forcer une porte ou une fenêtre ou va passer dans les faisceaux de détection.

Si tel est le cas, cela va immédiatement déclencher une sirène qui va alerter les agents de sécurité et le centre de télésurveillance qui vont mettre en place les mesures qui s’imposent. Ce système est particulièrement efficace pour se protéger face au cambriolage et fait fuir les voleurs 8 fois sur 10.

Les autres équipements pour la protection en entreprise

Pour se protéger face au cambriolage, un dispositif de vidéosurveillance peut être ajouté et venir compléter le système d’alarme.

Plusieurs caméras vont être placées à des endroits stratégiques de l’entreprise pour surveiller les accès et zones sensibles. Cet équipement peut être couplé à un enregistreur numérique qui servira à stocker et à visionner les images filmées ultérieurement.

Cependant, il faut savoir qu’un tel système est soumis à des règles de sécurité.

L’employeur qui dirige une entreprise de plus de 50 salariés doit informer au préalable le comité d’entreprise et le CHSCT qu’un logiciel de contrôle vidéo est mis en place à l’intérieur des bâtiments.

De plus, le chef d’entreprise doit faire une demande d’autorisation auprès de la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) pour avoir le droit de filmer des zones privées comme les parkings du personnel, réserves, ateliers.

Le code du travail

Le code du travail impose certaines règles de sécurité obligatoire, notamment en ce qui concerne le système de pointage des salariés :

  • Obligations concernant la mise en place et le fonctionnement du système de pointage
  • L’employeur doit pouvoir effectuer de façon valable le traitement et le recueillement des données comme les horaires de travail des employés (travail de nuit, jours fériés…)

La sécurité obligatoire passe donc par une phase de responsabilisation employés.

Les différents systèmes de contrôles d’accès

Le lecteur de badge

Un badge magnétique est remis aux employés, visiteurs ou entreprises extérieures qui viennent effectuer une prestation à l’intérieur des bâtiments. Ainsi, seules les personnes habilitées peuvent pénétrer dans les locaux en passant leur badge devant le lecteur électronique qui leur donnera l’accès.

Les claviers à code

Seuls les utilisateurs qui possèdent le code peuvent le rentrer sur le clavier électronique afin de pénétrer dans un accès sécurisé.

Le portier audio/vidéo

Il s’agit d’un interphone associé à une caméra grâce auquel le visiteur qui souhaite rentrer dans les locaux peut être identifié à distance. L’interlocuteur en charge du contrôle d’accès décide si le visiteur est autorisé ou non à rentrer.

Le cylindre électronique

Cette serrure électronique peut être paramétrée afin de régler les plages horaires d’accès au sein des bâtiments.

Les puces RFID

Les informations sont traitées et enregistrées à distance avec des ondes magnétiques grâce à une puce et une antenne.

La biométrie

Cette technologie de haute sécurité comprend un dispositif de reconnaissance faciale (en général l’iris) ou d’empreinte digitale. Néanmoins, pour utiliser le lecteur biométrique, certaines règles de sécurité doivent être respectées. En effet, la responsabilisation utilisateurs entre en ligne de compte car une demande auprès de la CNIL doit être faite pour utiliser ce système.

La sensibilisation pour renforcer la sécurité

Les collaborateurs doivent être informés des risques de cambriolage au sein d’une entreprise. Cette étape de sensibilisation est nécessaire pour accroître la vigilance des salariés qui doivent :

  • Fermer les portes et fenêtres avant de quitter leurs bureaux
  • Ne pas laisser les clefs ou les badges d’accès sans surveillance pour éviter qu’une personne non autorisée ne pénètre dans les bâtiments
  • Accompagner en permanence les visiteurs au sein de l’entreprise (permet également de limiter les risques d’accident)

Glossaire sur la protection électronique des entreprises

Glossaire sur la protection électronique des entreprises

16 novembre 2017

Les entreprises sont régulièrement touchées par des problèmes concernant la sécurité, notamment les vols et tentatives d’effraction, les vols de marchandises et de données. Fort heureusement, l’évolution des technologies permet désormais de protéger efficacement les personnes et les biens grâce à des dispositifs sophistiqués. Pour mieux s’y retrouver entre ces différents équipements, retrouvez ci-dessous le glossaire détaillé de la sécurité électronique en entreprise. 

Le guide de la sécurité électronique en entreprise :

Le système d’alarme :

Il existe différents systèmes d’alarme pour assurer la sécurité en entreprise et empêcher l’intrusion de personnes mal-intentionnées ainsi que le vol de marchandises. Ces équipements sont :

  • Les alarmes anti-intrusions
  • Les alarmes incendie
  • Les alarmes gaz
  • Les alarmes inondation

Alarme anti-intrusion :

Ce dispositif électronique a pour but de détecter une intrusion aussi vite que possible et de transmettre rapidement l’information aux responsables, à la télésurveillance ou aux agents de sécurité qui prendront immédiatement les mesures qui s’imposent.

Lorsqu’un mouvement ou une tentative d’ouverture sur une porte ou une fenêtre sécurisée est détectée au sein de l’entreprise, des sirènes vont se déclencher immédiatement. Les voleurs prendront la fuite dans plus de 80 % des cas.

Un système d’alarme anti-intrusion se compose :

  • D’une centrale
  • De détecteurs d’ouverture et de mouvements
  • D’une sirène.

Cet équipement peut être filaire ou sans fil et être associé à des caméras de vidéosurveillance.

Alarme incendie :

Un système d’alarme incendie a pour mission de détecter un départ de feu dans les plus brefs délais et de déclencher une sirène qui va indiquer aux personnes qu’ils doivent évacuer les lieux pour se mettre en sécurité aussi vite que possible.

L’alarme incendie est composée de détecteurs de chaleur et de fumée. Cet équipement se compose d’un Système de Sécurité Incendie qui est placé en général dans le poste de garde ou le PC sécurité.

Alarme gaz :

Ce système détecte la présence dans l’atmosphère des gaz toxiques comme le propane, butane ou encore le monoxyde de carbone qui sont dangereux pour la santé des personnes lorsqu’ils sont inhalés.

Lorsque les détecteurs signalement un problème, ils envoient l’information à une centrale qui va déclencher une alarme pour prévenir les employés d’un danger.

Alarme inondation :

Cet équipement est installé en prévention d’un dégât des eaux. Lorsque l’eau atteint une certaine hauteur dans une entreprise, les détecteurs vont le signaler et déclencher une sirène.

Ce dispositif peut être autonome ou sans fil. la différence entre les deux réside dans le fait que le modèle sans fil doit obligatoirement être relié à une centrale pour fonctionner, tandis que l’équipement autonome est un petit boîtier indépendant avec des électrodes placées dans le boîtier.

Le modèle sans fil comprend une sonde externe ou capteur de fluide placé au niveau du sol et composé de deux électrodes externes, d’un transmetteur et d’un câble qui relie les deux éléments. Lorsque les électrodes vont entrer au contact de l’eau, une sirène d’alarme va se déclencher et les responsables seront prévenus.

Les dispositifs électroniques qui viennent compléter les systèmes d'alarmes.

Les dispositifs électroniques qui complètent les systèmes d’alarmes :

Pour compléter ce glossaire et approfondir le guide de la sécurité électronique en entreprise, il faut savoir que le champs lexical de la sécurité électronique comprend des équipements indispensables qui vont s’ajouter au système d’alarme.

Badges :

Pour garantir un niveau de sécurité optimal en entreprise, un contrôle d’accès doit être effectué afin de n’autoriser que les personnes habilitées à pénétrer dans les locaux.

C’est pour cette raison qu’est remis un badge magnétique uniquement aux personnes autorisées à entrer dans les bâtiments.

Un badge est une carte plastique équipé d’une puce et d’une piste magnétique. Chaque possesseur approche le badge près du lecteur de badge pour entrer. Cette technologie fonctionne avec une lecteur de badge qui permet de filtrer et de contrôler les sorties des visiteurs et du personnel dans les sociétés.

Badgeuse :

La badgeuse est un boîtier relié au courant électrique et apposé généralement à l’entrée des entreprises afin d’identifier les détenteurs des badges et d’autoriser ou non l’accès dans les bâtiments.

La badgeuse est reliée à un système d’exploitation qui enregistre des données telles que les heures d’arrivée et de départ des salariés, les temps de pause, les tentatives d’accès non autorisées…

Biométrie :

La biométrie est une technologie de pointe qui utilise la reconnaissance du visage, de l’iris, de l’empreinte digitale ou du réseau veineux. Les données sont très fiables et analysent l’évolution du corps humain au fil des années et permettent une identification précise.

Caméras de surveillance :

Des caméras sont des appareils placés à divers lieux stratégiques de l’entreprise pour filmer certaines zones de stockage et repérer le déplacement des visiteurs et des employés. Ces caméras sont soit :

  • Numériques (caméras IP
  • Analogiques (webcams

Une caméra IP fonctionne avec le réseau internet et n’a pas besoin d’être reliée à un ordinateur, contrairement à une webcam.

Centrale intrusion :

Boîtier qui permet de régler les paramètres de l’alarme intrusion. Il est composé de :

  • Détecteurs
  • Télécommande
  • Transmetteur GSM

Cylindre électronique :

Il s’agit d’un système dédié à protéger des locaux d’entreprise. Les utilisateurs possèdent un émetteur qui ouvre un cylindre dans une serrure. Utilisé surtout lorsque les bâtiments sont éloignés géographiquement les uns des autres.

Clavier à code :

Seuls les utilisateurs connaissant le code secret peuvent pénétrer dans la zone sécurisée via un clavier électronique composé de touches.

Détecteurs :

Ce sont des capteurs électroniques utilisés pour détecter la présence d’un corps (détecteurs volumétriques) ou d’un phénomène caché qui n’apparaît pas immédiatement (gaz, ondes radioélectriques…). Ils sont placés au niveau des systèmes d’ouverture (portes, fenêtres…) et vont envoyer un signal à la centrale intrusion lorsqu’une tentative d’effraction va être détectée.

Domotique :

Technologie permettant de contrôler, de programmer et d’automatiser les systèmes nécessaires à la sécurité de l’entreprise comme par exemple la gestion à distance des caméras de surveillance (fonction de zoom…).

Logiciels :

Pour lutter contre la cybercriminalité et renforcer leur réseau internet, les entreprises doivent protéger leurs données et s’équiper de programmes informatiques ou logiciels qui vont détecter et empêcher toute tentative d’intrusion comme :

  • Snort
  • Triwire
  • Logcheck 1.1.1

Portier audio/vidéo :

Système relié à une caméra permettant d’identifier la personne désireuse de pénétrer dans l’entreprise avec le son et/ou la voix . Cet interphone peut être sans fil et il existe des modèles capables d’enregistrer les messages d’absence.

Portiques de détection :

Dispositif de sécurité antivol placé à l’entrée d’un magasin ou d’une entreprise pour contrôler le passage des visiteurs. Ces portiques fonctionnent avec des marqueurs antivols placés sur les produits en vente. Lorsqu’une personne avec un marqueur non désactivé franchit le portail de détection, une alarme va se déclencher.

Serrures sans fil :

Système électronique où chaque utilisateur doit rentrer manuellement un code sur un clavier numérique pour accéder à un espace sécurisé. Ces serrures peuvent être paramétrées à distance via une connexion sans fil (mises à jour et changements des codes…).

Système de Sécurité Incendie :

Équipement chargé de collecter, traiter et effectuer les fonctions nécessaires à la mise en sécurité d’un établissement comme par exemple le déclenchement de l’alarme incendie, la fermeture des portes coupe-feux et l’ouverture des sky-dômes.

Télésurveillance :

Système technique structuré en réseau comprenant un dispositif de détection et une alarme pour surveiller à distance des lieux, des machine sou des personnes. Cet équipement est relié à une société de télésurveillance qui va prévenir les responsables et les forces de l’ordre lorsqu’une anomalie sera détectée.

Transmetteur téléphonique :

Appareil qui va envoyer un signal d’alerte au système informatique de la société de télésurveillance.

Vidéosurveillance :

Équipement comprenant une ou plusieurs caméras de surveillance placées dans les espaces à sécuriser.

Sécurité en entreprise : le guide des termes à connaître

Chaque année, en France, ont lieu près de 350 000 cambriolages, dont 60 000 concernent des locaux financiers (selon securitegooddeal), commerciaux ou industriels. Face à ces chiffres en perpétuelle augmentation, la sécurité en entreprise ne doit pas être négligée. Afin de mieux s’y retrouver parmi tous les dispositifs de dissuasion et de protection, il est indispensable d’éditer un glossaire regroupant tous les termes destinés à assurer la protection physique des entreprises.

Lexique de la sécurité en entreprise :

Ce guide comprend les définitions des différents dispositifs et moyens utilisés en entreprise pour se protéger des différents dangers auxquels elles sont exposés quotidiennement. 

Accessibilité :

Depuis la loi du 11 février 2005,l’ ensemble des dispositions mises en oeuvre se base sur une accessibilité généralisée. C’est-à-dire que toute personne, même en situation de handicap, doit pouvoir accéder aux locaux et pouvoir s’y déplacer facilement.

Accès à distance :

Programmation ou maintenance de la centrale d’alarme depuis un ordinateur éloigné.

Activation / désactivation de la centrale :

Action de mettre en ou hors service les alarmes au sein de l’entreprise. Par exemple, lorsque les employés travaillent, les détecteurs volumétriques seront désactivés pour ne pas déclencher la sirène. Les alarmes seront remises en service la nuit pour sécuriser les bâtiments et prévenir en cas d’intrusion.

Affichage :

Écran qui affiche les fonctions de la centrale pour pouvoir la paramétrer.

Agent de sécurité :

Personne chargée d’assurer la protection des biens et des personnes au sein de l’entreprise. Leurs missions sont diverses :

  • Contrôle d’accès
  • Levées de doute
  • Rondes de surveillance
  • Rédaction de rapports d’anomalie
  • Etc.

Agent cynophile :

Personne chargée d’assurer la protection des biens et des personnes en compagnie d’un chien dressé.

Ce lexique de la sécurité en entreprise regroupe non seulement les différents systèmes d’alarme destinés à empêcher et à avertir en cas d’effractions dans les locaux, mais aussi les dispositifs chargés de prévenir les salariés et les responsables en cas d’anomalie constatée.

Le guide des systèmes d'alarmes et leurs définitions.

Le guide des systèmes d’alarme :

Les alarmes peuvent être :

  • Générales (signal sonore qui prévient les occupants et les responsables d’une anomalie)
  • Sélectives (seule une certaine catégorie de personnel sera prévenu du déclenchement)
  • Restreintes (Signal sonore et visuel qui avertit, grâce à un report sur le Système de Sécurité Incendie, uniquement les agents de sécurité, les responsables ou le personnel désigné de l’existence et de la localisation d’un sinistre)

Les alarmes sont réparties en plusieurs catégories selon la fonction qui leur est destinée, anti-intrusion, incendie, gaz, inondation.

Anti-intrusion :

Équipement qui détecte immédiatement la présence d’un intrus dans les locaux et envoie un signal sonore par l’intermédiaire de sirènes dans les bâtiments pour prévenir les responsables et les agents de sécurité d’une présence non désirée dans l’entreprise. Ce système envoie également une information à la télésurveillance et il comprend :

  • Une centrale
  • Des détecteurs d’ouverture et de mouvement
  • Des sirènes

La sécurité en entreprise est renforcée également par un équipement anti-incendie. Sa mission est de détecter un départ de feu et d’avertir, grâce à des détecteurs de chaleur et de fumée reliés à des sirènes, les occupants qu’ils doivent quitter les lieux aussi vite que possible.

Les détecteurs de gaz envoient l’information à une centrale qui va avertir les employés d’un danger pour leur santé (émission de gaz nocif et dangereux pour la santé comme le propane, le butane ou le monoxyde de carbone).

Le dispositif contre les inondations est composé d’une sonde externe pour les modèles sans fils ou d’électrodes placées das un boitier pour les modèles autonomes qui vont envoyer une information lorsque de l’eau va être détectée et émettre ensuite un signal sonore afin de prévenir les occupants.

Alerte :

Signal qui prévient de la menace d’un danger et invite à prendre les mesures pour y faire face (alerte à la bombe, au feu…) comme prévenir un service public de lutte contre l’incendie.

Alimentation :

Dispositif qui fournit l’énergie électrique nécessaire au bon fonctionnement des installations de sécurité.

Antenne :

Élément qui transmet les ondes radio entre les différents composants du système de sécurité.

Anti-vol :

Équipement de sécurité destiné à empêcher les vols. Les anti-vols sont attachés aux produits et reliés aux portiques de sécurité qui vont déclencher une sirène aussitôt qu’une tentative de fraude sera détectée.

Auto-protection :

Les composants de l’installation possèdent une autosurveillance en cas d’ouverture des coffrets, de coupure ou d’arrachement des câbles. Ces composants sont gérés par la centrale 24h/24. Cette dernière envoie une information et prévient les responsables aussitôt qu’un problème est détecté.

Badge :

Carte plastique doté d’une piste magnétique et d’une puce remis uniquement aux personnes habilitées à pénétrer dans les locaux. Permet de filtrer les entrées et les sorties du personnel ainsi que des visiteurs dans les entreprises.

Badgeuse :

Boitier électrique placé à l’entrée des locaux pour identifier les possesseurs des badges et autoriser ou non l’accès. Cet équipement est relié à un système d’exploitation et peut enregistrer des données telles que les heures de prise et de fin de poste des employés, les tentatives d’accès non autorisées, etc.

Baie :

Ouverture pratiquée dans un mur ou une toiture pour permettre le passage de personnes ou l’éclairage des bâtiments.

Balisage :

Action de signaler les différents dangers tels que les obstacles ou les objets susceptibles de provoquer un accident en les rendant visibles grâce à des barrières, des plots, des cônes, ou à l’aide d’un marquage au sol (voies de cheminement et d’évacuation du personnel).

Barreau :

Élément en fer forgé plein, généralement sous forme de tube, placé devant une porte ou une fenêtre pour en sécuriser l’accès.

Barrière :

Équipement permettant de délimiter et de sécuriser l’accès à une entreprise. Les barrières séparent les voies piétonnes de celles des véhicules pour protéger les bâtiments et les personnes et limiter les risques d’accidents et de collisions.

Barre anti-panique :

Dispositif d’ouverture de secours situé sur une porte fermée de l’extérieur et qui consiste à appuyer sur une barre pour sortir.

Bi-fréquence :

Ondes radio d’un système d’alarme émises sur deux fréquences distinctes.

Biométrie :

Technologie informatique qui permet de reconnaître automatiquement une personne en analysant le visage, la voix, les empreintes digitales, le réseau veineux ou certaines parties de l’œil (iris). Cette technologie analyse les changements physiques du corps humain dans le temps et fournit des données extrêmement précises.

Bloc-salle :

On parle de « Bloc-salle » dans les Établissements Recevant du Public (ERP), les parties de l’établissement accessibles au public comme les halls, les foyers ou les dégagements.

Caméra de surveillance :

Appareil placé à l’extérieur et/ou à l’intérieur d’une entreprise pour filmer les déplacements des visiteurs et employés ainsi que les zones où sont entreposés les biens. Les caméras permettent de relever toute activité suspecte et donnent la possibilité aux responsables d’agir en conséquence.

Capteur sismique :

Système de surveillance qui détecte les vibrations provoquées par les déformations des sols.

Carte clé :

Clef électronique utilisée pour pénétrer dans un local sans avoir à entrer un code.

Centrale intrusion :

Boitier qui commande tout le système d’alarme et permet de traiter les informations et de les transmettre.

Clapet :

Élément d’obturation en position d’attente relié au Système de Sécurité Incendie et destiné au compartimentage.

Clavier à code :

Les utilisateurs désireux de pénétrer dans le local sécurisé doivent entrer un code secret à l’aide d’un boîtier électronique composé de touches.

Clôture :

Enceinte qui entoure un terrain pour en délimiter l’accès. Il peut s’agir d’un mur, d’une haie, d’un grillage, d’une palissade. Le but pour une entreprise est de sécuriser l’accès aux bâtiments, de dissuader les cambrioleurs et d’empêcher toute tentative d’effraction.

Conduit :

Volume fermé qui sert au passage d’un fluide précis.

Cylindre électronique :

Les utilisateurs ont à leur disposition un émetteur qui va envoyer une information à distance et actionner un cylindre placé à l’intérieur d’une serrure pour l’ouvrir ou la verrouiller.

Déclencheur Manuel (DM) :

Boitier destiné à signaler la présence d’un incendie. La personne qui constate un début d’incendie va appuyer sur le bouton et cette action va envoyer une information aux différents équipements de détection incendie situés dans l’entreprise qui vont agir en conséquence.

Sécurité en entreprise : l'éclairage et les detecteurs

Zoom sur les détecteurs :

Pour compléter le glossaire, il est nécessaire de faire le point sur les différents détecteurs qui équipent une entreprise.

Détecteur d’eau :

Appareil composé d’un capteur d’eau qui transmet un message à la centrale dans le cas d’une inondation. Est toujours placé au niveau le plus bas pour prévenir d’un dégât des eaux.

Détecteur de bris de vitre :

Un capteur transmet une information à la centrale lorsqu’une vitre est brisée. Le capteur peut être :

  • Passif
  • Actif
  • Acoustique

Détecteur de fumée et d’incendie :

Les capteurs sont sensibles aux particules de fumée qui se trouvent dans l’air (souvent les gaz toxiques). Les détecteurs de chaleur signalent une augmentation rapide de la température ou réagissent lorsqu’une température maximale est atteinte (plus de 60 degrés par exemple).

Détecteur de mouvements :

Également appelé détecteur de présence, les capteurs détectent la présence de volume et le déplacement dans une zone grâce à l’infrarouge. Le détecteur de mouvements est relié à la centrale intrusion et communique tout mouvement par radio afin de prévenir les tentatives de cambriolage dans les locaux professionnels.

Détecteur d’ouverture :

Capteur relié à aux portes ou aux fenêtres par exemple, et qui envoie une information à la centrale intrusion aussitôt qu’une ouverture est détectée.

Domotique :

Technologie permettant de contrôler, de programmer et d’automatiser les systèmes nécessaires au fonctionnement optimal de l’entreprise comme par exemple la gestion à distance des caméras de surveillance.

Éclairage :

Source de lumière électrique destinée à rendre visible les zones de travail et de circulation des employés et des visiteurs. L’éclairage peut être anti-panique, d’évacuation, de secours…).

E.R.P (Etablissement Recevant du Public) :

Les E.R.P (établissements recevant du public) sont classés en différents catégories en fonction du nombre de personnes qu’ils peuvent contenir :

  • Catégorie 1 (+ de 1500 personnes)
  • 2 : de 701 à 1500 personnes
  • 3 : de 301 à 700 personnes
  • 4 : – de 300 personnes
  • 5 : chiffres inférieurs à la réglementation

Les E.R.P. sont classés de plus en fonction de leur activité (type R-établissements d’enseignement et de formation, type M- magasins de vente et centres commerciaux…)

Extincteur :

Appareil de lutte contre l’incendie qui projette une substance (agent extincteur) destinée à éteindre un départ de feu. Il en existe 3 catégories : portatifs, fixes et mobiles.

Exutoire de fumée :

Équipement intégré dans un élément de construction destiné à évacuer les fumées et la chaleur et qui sépare l’intérieur des bâtiments de l’extérieur. Il présente un angle supérieur ou égal à 30° par rapport à la verticale.

Façade accessible :

Dans les ERP, la façade accessible représente la face extérieure d’un bâtiment et doit permettre aux services de secours d’intervenir à tous les niveaux. Elle comporte des baies accessibles à chaque niveau.

Film anti-effraction :

Pellicule rigide et autocollante en polyester appliquée sur la face intérieure d’une fenêtre pour renforcer la solidité du vitrage. En cas d’effraction, les films évitent aux fenêtres de voler en éclat.

Garde-corps :

Élément plein ou ajouré placé à hauteur d’appui destiné à éviter les chutes.

Installation :

Montage de la centrale intrusion et de ses composants.

Intrusion :

Se dit de la détection d’une ouverture anormale par l’un des capteurs de l’installation.

Issue de secours :

Porte destinée à l’évacuation du personnel en cas de sinistre.

Levée de doute :

Ronde de surveillance effectuée suite au déclenchement d’une alarme afin d’en connaître les origines.

Porte coupe-feu :

Élément de fermeture destiné, en cas d’incendie, à empêcher ou du moins à retarder au maximum la propagation des flammes dans tout le bâtiment.

Portier audio/vidéo :

Système électronique relié à une caméra permettant d’identifier et de pouvoir autoriser ou non l’accès à une personne désireuse de pénétrer dans les locaux.

Portiques de détection :

Dispositif antivol équipé d’une ou de deux bornes placé à l’entrée d’un magasin ou d’une entreprise pour contrôler le passage des visiteurs et/ou des salariés. Ces portiques fonctionnent avec des marqueurs antivols placés sur les produits en vente qui vont déclencher une sirène si l’antivol n’est pas retiré du produit ou désactivé lorsqu’il passera dans le champ du portique de détection.

Programmation :

Action de régler et paramétrer la centrale.

Robinet d’Incendie Armé (R.I.A) :

Moyen de secours de première intervention destinée à lutter contre les incendies. Il s’agit de tuyaux alimentés en eau sous pression constante (minimum 8 bars).

Serrures sans fil :

Système électronique muni d’un clavier numérique à code permettant de sécuriser une zone déterminée.

Sirène intérieure :

Émetteur de signaux sonores qui se déclenche à l’intérieur des bâtiments.

Sirène extérieure :

Émetteur de signaux sonores qui se déclenche à l’extérieur des bâtiments.

Société de gardiennage :

Prestataire désigné par une entreprise pour sécuriser les bâtiments et qui emploie du personnel spécialisé pour assurer cette fonction (agents de surveillance, rondiers intervenants, agents cynophiles…)

Sprinkler :

Installation fixe d’extinction automatique à eau (permet d’éteindre et de contenir un début d’incendie).

Système de Sécurité Incendie (S.S.I) :

Un S.S.I est le dispositif chargé de détecter, d’informer et d’intervenir dans un établissement en cas d’Incendie (déclenchement des sirènes, de la fermeture des portes coupe-feux, ouverture des exutoires…).

Télésurveillance :

Installation technique permettant de surveiller à distance des lieux, des machines ou des personnes. Cet équipement est relié à une société de télésurveillance qui va se charger de prévenir les responsables en cas de problème dans l’entreprise.

Test cyclique :

Permet une vérification régulière afin de s’assurer que la ligne téléphonique et la centrale fonctionnent de manière optimale.

Transmetteur téléphonique :

Appareil qui va transmettre via une ligne téléphonique un signal d’alerte à la télésurveillance en cas d’anomalie.

Vidéosurveillance :

Système comprenant une ou plusieurs caméras de surveillance placées dans les zones à sécuriser.

Zone :

Nom donné aux différents secteurs d’un bâtiment (hall, escaliers, locaux techniques…).

Zone de détection :

Zone surveillée par un ensemble de détecteurs et/ou de déclencheurs manuels.

Zone partielle :

Paramétrage de la centrale intrusion pour activer/désactiver une zone de détection précise.

Si vous cherchez plus d’informations concernant la sécurité électronique en entreprise, consultez le glossaire spécifique au sujet.

L’identification biométrique dans les entreprises

Face aux risques croissants de malveillance comme les vols et les intrusions, les entreprises ont de plus en plus besoin de protéger les personnes et les biens au sein de leurs locaux. C’est ainsi que la sécurité en entreprise doit être renforcée, notamment par la mise en place d’une sécurité électronique de contrôles d’accès pour filtrer tous les individus qui veulent pénétrer dans les bâtiments.

Les avancées en matière de technologie permettent aux entreprises d’avoir recours à la biométrie pour sécuriser les accès. Mais de quoi s’agit-il exactement et quels sont les différents procédés biométriques ?

Qu’est-ce que la biométrie ?

La biométrie est une technologie de pointe qui porte sur l’analyse des caractéristiques physiques ou comportementales propres à chaque individu afin de pouvoir l’identifier.

La technologie biométrique peut être divisée en deux catégories :

  • Les mesures physiologiques
  • Les mesures comportementales

 Les mesures physiologiques

Elles peuvent être biologiques ou morphologiques. En ce qui concerne la morphologie, les mesures reposent sur les analyses de la forme de la main, du doigt, du réseau veineux, des empreintes digitales, de l’iris et de la rétine de l’œil.

Pour les analyses biologiques, il s’agit de mesures de l’ADN, de la salive, du sang, de l’urine (domaine médical et sportif pour le contrôle du dopage).

Les mesures comportementales

Elles comprennent :

  • La reconnaissance vocale
  • Le bruit des pas
  • La démarche
  • La gestuelle
  • La dynamique des signatures (inclinaison du stylo, vitesse de déplacement, pression exercée…)

La biométrie est une technologie efficace qui est de plus en plus utilisée dans les entreprises pour augmenter le niveau de sécurité. Elle est étroitement liée à l’utilisation de l’informatique. Les données sont en effet enregistrées dans des fichiers et offrent une identification rapide et sûre qui garantit à la fois confort et simplicité d’utilisation.

L’utilisation des différentes techniques suscite des recherches et des améliorations constantes. Néanmoins, les différentes analyses ne proposent pas le même niveau de fiabilité. On estime que les données physiologiques offrent plus de stabilité en terme de résultat.

Les différents contrôles d’accès biométriques

L’identification biométrique est réalisée dans le cadre du contrôle d’accès au moyen de lecteurs et de scanners perfectionnés pour assurer la sécurité. L’équipement authentifie l’utilisateur et autorise ou non l’accès à une zone sécurisée.

L’identification biométrique est une alternative plus fiable que le port de badges car chaque individu possède ses propres caractéristiques physiques qui ne peuvent être changées ou volées alors que les utilisateurs peuvent perdre ou oublier leur badge.

Par exemple, la prise d’empreintes digitales peut être liée à une base de données afin de vérifier les antécédents des personnes.

La reconnaissance de la forme de la main

Cet équipement biométrique est composé d’un lecteur électronique capable d’identifier une personne grâce à une image en trois dimensions de la main. Dès qu’un utilisateur s’enregistre, l’appareil prend en compte une centaine de points de mesure dont la longueur et l’épaisseur des doigts, la forme de la main, des articulations et les convertis en un algorithme propre à l’individu.

Cette technique est bien acceptée par les utilisateurs et est très fiable.

La reconnaissance digitale : la technique la plus répandue actuellement dans le monde

La reconnaissance de l’empreinte digitale

Il s’agit de la technique la plus répandue actuellement dans le monde. La petite taille des lecteurs d’empreinte permet de les intégrer aisément dans les locaux professionnels. Le lecteur enregistre ici les crêtes et les sillons de l’épiderme.

Il faut savoir que cette technique est réglementée en France car il est interdit de posséder un fichier contenant des empreintes digitales. La taille de l’empreinte doit être conservée sur une carte que la personne gardera précieusement sur elle. La biométrie montre ici l’une de ses limites car, dans ce cas, il est impossible de supprimer complètement les cartes, codes ou clefs. De plus, en cas de coupure ou d’altération des doigts, les données seront faussées.

La reconnaissance du visage

Cet équipement prend une photo du visage et cartographie les différentes parties uniques à chaque personne comme le nez ou la bouche. Cette technologie de sécurité électronique est de plus en plus présente dans les entreprises et offre, en plus du confort d’utilisation, un bon niveau de fiabilité.

La reconnaissance du réseau veineux

Cette technologie identifie l’utilisateur grâce à un lecteur qui analyse la forme de la paume de la main et le réseau des veines. Même si elle est fiable, cette technique n’est pas préconisée au cas où les personnes subissent de gros écarts de température à cause du risque de dilatation des veines.

La reconnaissance de l’œil

Un capteur biométrique analyse la rétine ou l’iris de l’œil en le scannant. La biométrie par l’iris assure un très haut niveau de sécurité car la stabilité s’étend sur toute la vie des individus. C’est donc une technologie extrêmement fiable.

Comment installer un contrôle d’accès d identification biométrique ?

Contrôle CNIL et données biométriques en entreprise

L’entreprise désireuse de mettre en place un contrôle d’accès biométrique pour sécuriser ses locaux doit demander une autorisation auprès de la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés).

Le contrôle d'accès biométrique pour assurer la sécurité en entreprise.

Pour les cas suivants, l’entreprise ne devra adresser à la CNIL qu’une déclaration de conformité :

  • Le réseau veineux pour contrôler l’accès dans les bâtiments sur les lieux de travail
  • L’empreinte digitale (conservée sur un support individuel gardé par le salarié concerné)
  • La forme de la main (pour accéder aux locaux de travail et de restauration)

Il faut savoir que le relevé de données biométriques en entreprise consistant à contrôler les horaires de travail des employés doit être demandé au préalable auprès de la CNIL.

Comment installer un contrôle d’accès d’identification biométrique par vérification des empreintes digitales sur les lieux de travail ?

Le contrôle CNIL n’autorise la mise en place d’un lecteur d’empreintes digitales dans les locaux seulement si ce dispositif est justifié par un impératif de sécurité élevé.

Cet équipement doit répondre aux exigences suivantes :

  • Les risques touchant l’atteinte aux libertés doivent être proportionnels à chaque individu
  • L’identification doit être particulièrement fiable
  • Le contrôle d’accès doit être limité à une zone précise et ne doit concerné qu’un nombre limité de personnes (par exemple dans les centrales nucléaires)
  • Les personnes doivent être informées au préalable du contrôle biométrique

Dès que la CNIL a donné son autorisation, l’employeur doit, avant de faire installer le lecteur biométrique, informer et consulter les représentants du personnel de l’entreprise.

Afin d’améliorer la sécurité en entreprise, le meilleur choix pour avoir un contrôle d’accès efficace semble de combiner le dispositif biométrique à un autre système comme les cartes à puce, les badges…