Comment protéger son entreprise des effractions ?

En France ont lieu 985 cambriolages par jour, soit un cambriolage toutes les 1.5 minutes, et ils se produisent dans 44 % des cas dans des entreprises et locaux professionnels. De plus, ces chiffres sont en constante augmentation.

Les nouvelles technologies permettant de protéger votre entreprise des effractions

Fort heureusement, il existe des moyens pour pallier aux effractions et mieux protéger son entreprise, notamment grâce à certaines avancées technologiques pour contrer les personnes malintentionnées.

Il faut savoir que la mise en place d’un système d’alarme sophistiqué est l’une des solutions les plus efficaces pour protéger ses biens.

La technologie au service des entreprises

Grâce aux progrès réalisés en matière de technologie, les locaux peuvent être protégés électroniquement.

Comment ?

En faisant installer un système d’alarme anti-intrusion à l’intérieur même des bâtiments.

Qu’est-ce qu’un système d’alarme anti-intrusion ?

Il s’agit d‘un système dont la fonction est de détecter une intrusion. Lorsqu’un mouvement ou l’ouverture d’une porte ou d’une fenêtre est détecté dans les locaux, une alarme va se déclencher immédiatement.

Dans 80 % des cas, le déclenchement des sirènes effraient les voleurs et les fait fuir.

Ce type d’installation se compose :

  • D’une centrale
  • De détecteurs volumétriques
  • De détecteurs d’ouverture
  • D’une sirène

Une centrale est un boîtier électronique pour régler les différents paramètres de l’alarme.

Les détecteurs volumétriques vont capter les mouvements et envoyer les informations à la centrale dès qu’une personne va se déplacer dans les locaux. Les détecteurs d’ouverture vont se déclencher aussitôt qu’une porte ou une fenêtre va être forcée.

Les sirènes vont se déclencher pour faire fuir les cambrioleurs et avertir les agents de sécurité.

Les différents systèmes d’alarme

Il existe plusieurs sortes de systèmes d’alarmes anti-effraction:

  • Filaires
  • Sans fils

Choisir une alarme anti-intrusion permet de renforcer la sécurité dans une entreprise. Même si les deux systèmes ont les mêmes fonctions, on peut distinguer des différences entre les deux.

Les alarmes filaires sont reliées par des câbles et sont utilisées pour les structures de grandes tailles comme les usines et les grands entrepôts. Ces installations permettent d’intégrer plus de détecteurs mais elles coûtent néanmoins plus chers car les câbles doivent la plupart du temps être intégrés dans les murs.

Ces systèmes sont plus fiables que les installations sans fil qui sont plutôt réservées aux bâtiments de petite et moyenne taille. L’intérêt de ces dernières est leur coût et le fait qu’elles sont moins contraignantes à poser.

Bon à savoir

Les système sans fil fonctionnent sur batterie et ne sont pas reliés au courant. Ils peuvent être neutralisés facilement et il faut vérifier régulièrement le bon état des batteries. De plus, ils ne sont pas homologués par les assurances.

Les alarmes filaires sont reliées au secteur et les entreprises doivent posséder un groupe électrogène en cas de coupure de courant.

D’autres procédés technologiques peuvent être installés pour renforcer la sécurité d’une entreprise. Quels sont-ils ?

Les équipements qui viennent compléter les système d’alarme

Un système de vidéosurveillance peut être installé. Il se compose d’une ou de plusieurs caméras qui vont permettre de surveiller les zones désirées. Un joystick permettra de diriger les caméras et des fonctions de zoom pourront s’avérer utiles.

Il comprend également un écran d’ordinateur pour visualiser les différentes zones. A cela peut s’ajouter un enregistreur numérique qui peut se révéler fort pratique pour consulter les vidéos ultérieurement.

A noter

Lorsqu’une caméra filme une zone ouverte au public, une demande d’autorisation en préfecture doit être déposée.

Pour les zones privées, atelier, réserve, parking du personnel… et c’est le cas dans les entreprises, une demande doit être faite auprès de la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés).

Il est possible également de placer des détecteurs de mouvement extérieurs avec vision infrarouge pour détecter une présence la nuit.

Les sociétés doivent veiller aussi à protéger leurs données afin qu’elles ne soient pas piratées et fournies à des tiers. Elles doivent sécurisées leur réseau intranet en installant des logiciels de détection d’intrusion comme par exemple:

  • Tripwire
  • Snort
  • Logcheck 1.1.1

Ces petites applications sont très pratiques dans la prévention des intrusions car elles vont détecter les tentatives d’attaques et prévenir le service informatique qui agira en conséquence.

Protéger physiquement son entreprise

Pour prévenir les cambriolages, vu que les malfaiteurs préfèrent agir de nuit et qu’ils abandonneront au bout de 5 minutes s’ils ne parviennent à pénétrer dans les locaux, les solutions suivantes peuvent être apportées :

  • Installer une clôture et un portail solides
  • Bien éclairer l’extérieur des bâtiments
  • Installer des rideaux mécaniques ou des portes blindées
  • Protéger les baies vitrées par des barreaux
  • Poser des films anti-effractions sur les vitres

Depuis quelques années, les entreprises font de plus en plus appel à des sociétés de gardiennage. Ces prestataires répondent à la demande du client en proposant des services adaptés à ses besoins.

Les agents pourront assurer une présence physique depuis un poste de garde et effectuer des rondes de sécurité, avec vérification des ouvrants, la mise en et hors service des bâtiments par exemple.

Si la présence d’un agent 24h/24 n’est pas requise, en cas de déclenchement d’une alarme intrusion, le signal sera envoyé à un centre de télésurveillance qui fera appel à des rondiers intervenants qui viendront sur le site vérifier la cause du déclenchement.

Protéger physiquement son entreprise pour prévenir des cambriolages.

Systèmes d’alarme et législation 

En prévention des intrusions et pour garantir la sécurité d’une entreprise, il faut choisir les bonnes normes et certifications existantes. Pour ce faire, le mieux est de commencer par évaluer le taux de vulnérabilité de votre société.

Quels biens renferment les entrepôts et quelle est leur valeur ? Où sont situés les bâtiments ? Sont-ils isolés ? La sécurité de votre entreprise devra être adaptée en fonction du diagnostic.

Aucune législation en vigueur n’impose l’installation d’un système d’alarme. Cependant, des certifications existent qui protègent et garantissent des produits de qualité au consommateur. Ces certifications concernent aussi bien le matériel que la prestation délivrée par une entreprise.

Si vos locaux renferment des biens dont le montant à protéger par la compagnie d’assurance est important, l’assureur peut demander à ce que soit installé un système d’alarme certifié avec la norme A2P (Alarme Protection Prévention). Ou bien vous pourrez bénéficier de réductions sur vos cotisations si vous faites poser un système A2P.

Qu’est-ce que la norme A2P ?

C’est la norme qui garantit la qualité des produits. Elle est délivrée depuis 1984 par le CNPP (Centre National de Prévention et de Protection) et comprend 3 niveaux:

  • NF A2P 1
  • NF A2P 2
  • NF A2P 3

Le premier niveau s’adresse surtout aux particuliers. C’est le niveau de sécurité le plus faible. Il concerne les domiciles qui ne renferment pas de biens de grande valeur.

Le second niveau sera surtout choisi par les petits commerçants ou les particuliers qui possèdent des biens ayant déjà une valeur plus importante.

Enfin, le troisième niveau est le niveau le plus élevé en terme de sécurité. Il s’adresse aux commerces et entreprises qui possèdent des biens dont le montant atteint des sommes élevées.

Les points clés à retenir :

  • Commencer par évaluer le taux de vulnérabilité de votre société pour mettre en place un système adapté à votre diagnostic. 
  • Protéger votre entreprise physiquement pour dissuader rapidement des cambriolages.
  • N’oubliez pas de mettre en place un système pour protéger vos données numériques également et éviter toute sorte de piratage. 

8 points à connaître pour protéger efficacement son entreprise

Une entreprise est soumise à différents types de risques liés à son activité et il faut réunir les éléments essentiels, dans le respect des normes de sécurité, qui permettent de supprimer ces risques, ou du moins de les diminuer au maximum. Il est essentiel de savoir que le risque zéro n’existe pas.

Quels sont ces risques et comment les entreprises peuvent-elles les gérer au mieux afin d’optimiser leur rentabilité ?

Les risques rencontrés par les entreprises

Les entreprises sont amenées à rencontrer différents facteurs qui peuvent empêcher la réalisation de leurs objectifs et avoir des conséquences sur leurs performances. Ces risques peuvent toucher :

  • Les personnes : Les salariés peuvent être victimes d’agressions verbales ou physiques.
  • Les biens : Les biens peuvent subir des sabotages, être volés ou vandalisés.
  • Les bâtiments : Les bâtiments peuvent connaître des dégradations dues à des cambriolages, des sabotages, les installations sont susceptibles d’être vandalisées. Il ne faut pas oublier non plus les risques d’incendie et d’inondation.
  • Les informations confidentielles : Les données relatives à l’activité de l’entreprise peuvent subir de l’espionnage industriel et être piratées informatiquement pour être revendues à des tiers. 

Il faut donc être capable d’identifier tous ces risques afin d’assurer au mieux la sécurité en entreprise. Pour protéger les salariés, les responsables d’entreprise sont dans l’obligation de réaliser un Document Unique d’Évaluation des Risques Professionnels (DUERP).

1/ Le DUERP pour la protection des employés

Les responsables d’entreprises sont chargés d’évaluer tous les risques concernant la santé et la sécurité des travailleurs. Ces risques sont liés à l’activité de l’entreprise qui dépend :

  • Des procédés de fabrication
  • Des équipements de travail
  • De l’aménagement des postes de travail
  • Des produits chimiques auxquels peuvent être exposés les employés
  • Du lieu de travail

Une fois l’évaluation achevée, l’employeur va mettre en place des actions de prévention ainsi que des procédés et méthodes de travail pour garantir une meilleure protection de la santé et sécurité des travailleurs. Ainsi, les résultats de cette évaluation sont retranscrits dans un DUERP.

L’évaluation sera différente si le salarié est un homme ou une femme.

Si une entreprise possède plusieurs établissements, un DUERP doit être rédigé dans chaque établissement.

2/ La rédaction du Document Unique

C’est l’employeur qui doit rédiger le DUERP. Cependant, ce document s’inscrivant dans une démarche de prévention, les instances du personnel, le CHSCT ainsi que les techniciens et salariés peuvent être conviés également.

Un employeur qui ne rédige pas de DUERP s’expose, en cas de contrôle effectué par l’inspection du travail, à des amendes. Celles-ci vont de 1500 à 3000 euros en cas de récidive !

Comment prévenir les risques en entreprise ?

La sécurité en entreprise peut être permanente ou temporaire en fonction des besoins. Avec un système de sécurité performant, une entreprise sera en mesure de protéger plus efficacement les employés, les biens et les locaux professionnels.

3/ Le système d’alarme

Un système d’alarme peut être installé en prévention des intrusions et des vols. Il s’agit d’un dispositif électronique composé de divers éléments dont le but va être de dissuader et faire fuir les individus malintentionnés tels que les cambrioleurs. Composé d’une centrale reliée à des détecteurs d’ouverture et détecteurs de mouvements, ce système de surveillance va réagir dès qu’un voleur va tenter d’ouvrir une porte ou une fenêtre par effraction, ou encore dès qu’un cambrioleur va passer devant les faisceaux !

4/ La protection des données

Les entreprises doivent veiller à protéger physiquement et électroniquement les données confidentielles. Les documents importants seront stockés dans des coffre-forts. L’accès au réseau internet doit être sécurisé car les hackers tentent régulièrement, et ce à des fins frauduleuses, de dérober des informations aux sociétés.

Il existe des logiciels pour prévenir les tentatives d’attaques et protéger les données sensibles comme Tripwire ou Logcheck qui vont permettre au service informatique des entreprises d’agir efficacement contre le piratage.

5/ La vidéo-surveillance

Le système d’alarme peut être associé à un équipement de vidéosurveillance qui sera composé de caméras pour filmer toute action qui va se passer au sein de l’entreprise, aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur.

Ce dispositif de transmission d’images permet de surveiller plusieurs lieux à distance et les opérateurs veillent plus facilement à la protection des biens et des employés.

Lors d’un déclenchement d’alarme dû à un détecteur de mouvements, les vidéos filmées peuvent être remontées et traitées par un centre de télésurveillance qui, en cas d’intrusion avérée, va aviser les forces de l’ordre et les responsables de l’entreprise.

La mise en place d’un système de sécurité tel que des caméras de surveillance va avoir un effet dissuasif.

Un employeur qui filme ses employés durant leurs horaires de travail est soumis à des obligations légales.

En effet, le responsable d’entreprise doit prévenir le comité d’entreprise, les salariés mais aussi faire une déclaration auprès de la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés).

La vidéosurveillance ne doit pas être une pratique jugée abusive et cet équipement doit être justifié par l’activité et les besoins de l’entreprise.

6/ Le contrôle d’accès

Les dirigeants d’entreprise font régulièrement appel à des prestataires extérieurs, en l’occurrence des sociétés de gardiennage, pour assurer la sécurité des salariés et des biens et en prévention des intrusions. Des agents de sécurité placés à l’entré du site vont effectuer le contrôle des entrées et sorties. Ils sont souvent placés dans un poste de garde et effectuent un filtrage des personnes et des prestataires qui veulent entrer et sortir des bâtiments.

Ils possèdent le matériel de sécurité indispensable pour réaliser à bien leur mission: des PTI (Protection Travailleur Isolé, des équipements de communication comme des talkies-walkies et téléphones mobiles, des lampes torches…). Les agents de sécurité effectuent des rondes et ont un rôle de prévention des incendies, inondations, vols, vandalisme.

Les sociétés de gardiennage doivent obtenir une autorisation du CNAPS (Conseil National des Activités Privées de Sécurité) avant d’exercer leur activité. Ensuite, les employés, par exemple les agents de sécurité, posséderont chacun une carte professionnelle (qui devra être renouvelée tous les 5 ans) avec un numéro d’identification unique.

Si l’entreprise n’a pas d’agents de sécurité statique et que le système de surveillance détecte une anomalie, des rondiers intervenants, prévenus via le centre de télésurveillance au déclenchement de l’alarme, pourront se déplacer et effectuer une levée de doute pour connaître la cause du déclenchement.

7/ La protection physique des entreprises

En prévention des intrusions, les entreprises peuvent sécuriser les extérieurs des locaux en installant un portail et une clôture solides.

Des panneaux indiquant la présence d’une société de gardiennage sur le site et d’un système de vidéosurveillance doivent être placés en évidence afin de d’empêcher toute tentative d’effraction.

Des dispositifs d’éclairage automatiques seront placés tout autour du site et s’allumeront dès qu’une personne passera à proximité des capteurs.Des portes blindées barreront les accès et des barreaux seront installés devant les fenêtres. Les vitres pourront être renforcées par des films anti-effractions.

Des dispositifs électroniques pour une meilleure sécurité au sein de l'entreprise.

8/ La protection électronique des entreprises

Pour sécuriser au mieux les entreprises, des dispositifs électroniques peuvent être mis en place comme :

  • Des lecteurs de badge
  • Des serrures sas fil
  • Des systèmes utilisant la technologie RFID
  • Des lecteurs biométriques

Le lecteur de badge permet aux personnes habilitées d’avoir accès dans les locaux. Seuls les employés possédant un badge magnétique peuvent pénétrer dans l’entreprise. Il leur suffit juste de passer leur carte devant la badgeuse pour que les portes s’ouvrent.

Les serrures sans fil sont composées d’un clavier électronique. Il faut rentrer un code que seuls les utilisateurs habilités connaissent pour avoir accès à des zones sécurisées.

Un badge RFID est composé d’une puce et d’une antenne qui va transmettre directement les données du salarié par le biais d’ondes radio. Ces données seront lues par un émetteur-récepteur. Donc aucun contact avec le lecteur n’est nécessaire.

Enfin, la pointe de la technologie est représentée par le contrôle d’accès biométrique qui utilise soit la reconnaissance des empreintes digitales, soit de l’œil. Ce sont des lecteurs très fiables et la biométrie est capable de reconnaître les changements du corps humain au fil des années.

Comment lutter contre les cambriolages en entreprise ?

Environ 1000 cambriolages par jour ont lieu en France, et plus de 40 % concernent des locaux professionnels. Ces chiffres étant en constante augmentation, il est donc nécessaire de prendre des mesures afin de protéger les personnes et les biens au sein des entreprises.

Il faut savoir que plus l’accès aux locaux sera sécurisé et compliqué pour un cambrioleur, plus la tentative d’effraction aura de chances d’échouer.

Mais quelles mesures adopter pour protéger efficacement son entreprise ? 

La protection physique des entreprises

L’Évaluation du degré de vulnérabilité des locaux

Avant de mettre en place des mesures de protection en entreprise, il est indispensable d’analyser le niveau de sensibilité pour faire face cambriolages de manière optimale.

Pour garantir la sécurité en entreprise, il faut donc connaître :

  • Les types de biens à protéger
  • La valeur de ces biens
  • L’emplacement géographique des bâtiments (sont-ils isolés ou non ?)
  • La circulation à l’intérieur des locaux (encadrée convenablement ou pas) ?

Protéger les abords de l’entreprise

Pour se protéger face aux cambriolages, les extérieurs des bâtiments doivent être sécurisés. La prévention des intrusions passera donc par :

  • L’installation de clôtures hautes et solides
  • L’installation d’un portail avec accès contrôlé
  • La pose de plots ou rails pour empêcher les véhicules indésirables de rentrer et de tenter une attaque ‘bélier’
  • Un éclairage extérieur suffisant pour dissuader les voleurs
  • L’entretien réguliers des espaces verts (végétation pas trop haute pour éviter à un cambrioleur de grimper à un arbre et franchir la clôture)
  • L’installation de rideaux mécaniques et de portes blindées
  • La protection des fenêtres par des films anti-effractions et des barreaux
  • La pose de serrures multipoints
  • Voies d’accès bien dégagées et bien espacées (ne pas placer de panneaux trop imposants pour éviter qu’une personne malintentionnée ne se cache derrière)

Sachant que plus de 90 % des intrusions ont lieu la nuit, les entreprises peuvent faire appel à des sociétés de gardiennage.

Ces prestataires vont mettre en place des agents de sécurité qui vont avoir un rôle préventif et dissuasif pour la sécurité en entreprise. En fonction de la nature et de la valeur des biens à protéger, les agents pourront effectuer des prestations permanentes et s’assurer du contrôle d’accès depuis un poste de garde.

Les agents de sécurité pourront également effectuer des rondes régulières et faire des levées de doute en cas de déclenchement d’alarme.

Les sociétés de gardiennage peuvent aussi mettre en place des rondiers intervenants qui se déplaceront avec un véhicule de société en cas de tentative d’effraction. Ces rondiers feront le tour de l’entreprise à protéger et vérifieront si les accès sont bien sécurisés et toujours opérationnels.

En cas de doute ou de constat réel d’effraction, les agents préviendront les forces de l’ordre et les responsables de l’entreprise.

A noter qu’il est inutile de surprotéger les bâtiments si un point d’accès présente une faille. En effet, les cambrioleurs privilégieront toujours la zone la plus sensible pour pénétrer dans les locaux. La sécurité de l’entreprise doit donc être égale à tous les niveaux.

La protection électronique des entreprises

En prévention des intrusions, des dispositifs électroniques efficaces peuvent être installés dans les entreprises comme un système d’alarme par exemple.

Principe et fonctionnement d’un système d’alarme

Le but d’un tel dispositif est de détecter une intrusion le plus tôt possible et de transmettre l’information dans les plus brefs délais. Un système d’alarme se compose d’une centrale intrusion (généralement placée dans un poste de contrôle sécurité ou poste de garde) reliée à différents types de détecteurs (mouvements, ouvertures) qui vont envoyer une information à la centrale aussitôt qu’un cambrioleur va tenter de forcer une porte ou une fenêtre ou va passer dans les faisceaux de détection.

Si tel est le cas, cela va immédiatement déclencher une sirène qui va alerter les agents de sécurité et le centre de télésurveillance qui vont mettre en place les mesures qui s’imposent. Ce système est particulièrement efficace pour se protéger face au cambriolage et fait fuir les voleurs 8 fois sur 10.

Les autres équipements pour la protection en entreprise

Pour se protéger face au cambriolage, un dispositif de vidéosurveillance peut être ajouté et venir compléter le système d’alarme.

Plusieurs caméras vont être placées à des endroits stratégiques de l’entreprise pour surveiller les accès et zones sensibles. Cet équipement peut être couplé à un enregistreur numérique qui servira à stocker et à visionner les images filmées ultérieurement.

Cependant, il faut savoir qu’un tel système est soumis à des règles de sécurité.

L’employeur qui dirige une entreprise de plus de 50 salariés doit informer au préalable le comité d’entreprise et le CHSCT qu’un logiciel de contrôle vidéo est mis en place à l’intérieur des bâtiments.

De plus, le chef d’entreprise doit faire une demande d’autorisation auprès de la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) pour avoir le droit de filmer des zones privées comme les parkings du personnel, réserves, ateliers.

Le code du travail

Le code du travail impose certaines règles de sécurité obligatoire, notamment en ce qui concerne le système de pointage des salariés :

  • Obligations concernant la mise en place et le fonctionnement du système de pointage
  • L’employeur doit pouvoir effectuer de façon valable le traitement et le recueillement des données comme les horaires de travail des employés (travail de nuit, jours fériés…)

La sécurité obligatoire passe donc par une phase de responsabilisation employés.

Les différents systèmes de contrôles d’accès

Le lecteur de badge

Un badge magnétique est remis aux employés, visiteurs ou entreprises extérieures qui viennent effectuer une prestation à l’intérieur des bâtiments. Ainsi, seules les personnes habilitées peuvent pénétrer dans les locaux en passant leur badge devant le lecteur électronique qui leur donnera l’accès.

Les claviers à code

Seuls les utilisateurs qui possèdent le code peuvent le rentrer sur le clavier électronique afin de pénétrer dans un accès sécurisé.

Le portier audio/vidéo

Il s’agit d’un interphone associé à une caméra grâce auquel le visiteur qui souhaite rentrer dans les locaux peut être identifié à distance. L’interlocuteur en charge du contrôle d’accès décide si le visiteur est autorisé ou non à rentrer.

Le cylindre électronique

Cette serrure électronique peut être paramétrée afin de régler les plages horaires d’accès au sein des bâtiments.

Les puces RFID

Les informations sont traitées et enregistrées à distance avec des ondes magnétiques grâce à une puce et une antenne.

La biométrie

Cette technologie de haute sécurité comprend un dispositif de reconnaissance faciale (en général l’iris) ou d’empreinte digitale. Néanmoins, pour utiliser le lecteur biométrique, certaines règles de sécurité doivent être respectées. En effet, la responsabilisation utilisateurs entre en ligne de compte car une demande auprès de la CNIL doit être faite pour utiliser ce système.

La sensibilisation pour renforcer la sécurité

Les collaborateurs doivent être informés des risques de cambriolage au sein d’une entreprise. Cette étape de sensibilisation est nécessaire pour accroître la vigilance des salariés qui doivent :

  • Fermer les portes et fenêtres avant de quitter leurs bureaux
  • Ne pas laisser les clefs ou les badges d’accès sans surveillance pour éviter qu’une personne non autorisée ne pénètre dans les bâtiments
  • Accompagner en permanence les visiteurs au sein de l’entreprise (permet également de limiter les risques d’accident)

La vidéosurveillance sur internet pour protéger les entreprises

L’essor des nouvelles technologie permet aux entreprises de se protéger plus efficacement contre les vols et les tentatives d’effraction, notamment par la mise en place de systèmes d’alarme et de vidéosurveillance sophistiqués. Grâce au développement d’internet et à l’augmentation des vitesses de connexion, il est désormais possible de renforcer la sécurité en entreprise en installant des systèmes de vidéosurveillance à distance.

Mais quels sont les éléments qui composent un tel équipement et comment fonctionne t-il ?

Les caractéristiques d’un dispositif de vidéosurveillance :

Il existe 2 systèmes de vidéosurveillance :

  • Analogique
  • IP

Les 2 dispositifs fonctionnement avec des caméras placées à des endroits stratégiques de l’entreprise afin de filmer et d’enregistrer certaines zones de stockage et lieux de passages sensibles du personnel et des visiteurs.

Désormais, un système de protection à distance vient compléter la vidéosurveillance analogique. Il s’agit d’un système de vidéosurveillance à distance qui marche grâce à internet.

La vidéosurveillance IP (Internet Protocol) utilise le même équipement (caméras, câbles, écran PC) mais passe cette fois par tout le réseau informatique pour transmettre les informations.

Ce système de protection à distance fonctionne avec :

  • Des webcams
  • Des caméras IP

La différence entre les webcams et les caméras IP dépendra du logiciel de vidéosurveillance qui aura une influence sur la qualité des images. Celles-ci pourront parfois être moins nettes avec les webcams.

De plus, une caméra réseau n’a pas besoin d’être connectée à un ordinateur. Elle est indépendante et peut être installée dans n’importe quel lieu, du moment qu’une connexion au réseau IP est disponible.

A l’inverse, une webcam doit obligatoirement être connectée à un ordinateur et ce dernier doit être allumé pour faire fonctionner le dispositif.

Avantages du réseau IP :

L’installation de ce système de vidéosurveillance sur internet présente des aspects non négligeables :

  • Coûts d’installation et de maintenance réduits
  • Images, son et alimentation transmises par le câble réseau
  • Ordinateurs suffisants pour afficher et enregistrer le son et les images (nul besoin d’investir dans d’autres PC ou enregistreurs)
  • Caméras peuvent être utilisées sur courant porteur (CPL) ou sans fil (Wi-fi)
  • Aucune faiblesse du signal malgré la longueur du câble
  • Données visuelles et sonores transmises rapidement de la caméra au serveur
  • Données enregistrées sur disque dur illimitées et qui peuvent être visionnées ultérieurement et à volonté

 Ce système de vidéosurveillance sur internet est fort pratique car lors de l’utilisation, les images peuvent être visionnées et transférées n’importe où dans le monde grâce au web. Il est donc possible de surveiller son entreprise en temps réel avec un simple navigateur internet depuis n’importe quel ordinateur.

Certaines applications proposent également des options de mobilité qui offrent la possibilité de pouvoir accéder directement aux caméras par le biais d’un smartphone ou d’une tablette tactile et de pouvoir les commander à distance.

Ce système de vidéosurveillance à distance permet de diminuer les vols en entreprise et de pouvoir gérer à partir d’un seul poste fixe plusieurs entreprises et commerces en même temps.

Le responsable chargé de la sécurité sur différents sites peut consulter les images de plusieurs caméras IP en même temps par l’intermédiaire de la fonction mosaïque.

Inconvénients de la vidéosurveillance IP :

Ce système nécessite de posséder une connexion internet haut-débit, au risque d’avoir une transmission d’images saccadées et de mauvaise qualité.

Les choix des caméras en ce qui concerne la taille et la forme est limité.

L’installation sur réseau IP est complexe et nécessite la présence d’un informaticien qui devra effectuer de nombreux réglages. 

Les images seront généralement de moins bonnes qualité qu’avec une installation analogique.

Vidéosurveillance et sécurité en entreprise :

Comment protéger son entreprise avec la domotique ?

Non seulement les images peuvent être consultées en permanence sur le réseau internet, mais il est également possible de programmer l’application qui gère les caméras afin qu’un email soit envoyé directement à l’utilisateur au cas où un mouvement dans l’image serait détecté.

De plus, l’utilisateur peut paramétrer son application afin de gérer le fonctionnement à distance des caméras et les orienter ainsi sur des zones sensibles ou utiliser la fonction de zoom.

Concernant les situations de mobilité, les responsables ayant accès à distance à leurs caméras peuvent effectuer une levée de doute et prendre les mesures qui s’imposent en cas de problème. Si les images ont relevé une détection de mouvement, les utilisateurs peuvent facilement accéder à l’historique des enregistrements pour consulter les vidéos.

L’utilisateur peut augmenter le niveau de sécurité de l’application et verrouiller l’accès aux images par la mise en place d’un mot de passe.

L’application de vidéosurveillance associée à une alarme :

Les caméras peuvent être reliées au système d’alarme de l’entreprise pour renforcer la sécurité.

Le principe de fonctionnement est le suivant : en cas de tentative d’effraction, le détecteur de mouvement ou d’ouverture va envoyer un signal à la centrale intrusion qui va immédiatement commander le déclenchement des sirènes d’alarme.

Un message vocal, un SMS ou un email, en fonction des options choisies, vont ensuite être envoyé à l’utilisateur. 

Certaines options peuvent être ajoutées comme la détection de fumée qui va prévenir à distance les responsables en cas de départ de feu.

Comment bien choisir sa caméra de vidéosurveillance ?

Le choix va dépendre des zones à surveiller et de la qualité du rendu souhaité. S’il y a besoin d’avoir des vidéos nettes, aussi bien de jour comme de nuit, le mieux est d’opter pour des caméras :

  • Infrarouges
  • A haute résolution (la qualité est indiquée en millions de pixels, plus le chiffre est élevé, plus l’image est de bonne qualité)
  • Avec un format de compression performant
  • Avec un indice de protection IP pour les caméras situées en extérieur

Coût d’une installation de vidéosurveillance :

Il faut compter environ 60 euros pour une webcam sans oublier d’y associer un ordinateur et une connexion internet haut débit. Les logiciels de vidéosurveillance sont parfois gratuits ou bien les tarifs démarrent à partir de 50 euros.

Pour un dispositif composé de caméras IP, les tarifs commenceront à 1000 euros pour 4 caméras.

Sécurité obligatoire en entreprise et normes à respecter :

Les responsables d’entreprise doivent respecter certaines règles de sécurité obligatoire avant d’installer un dispositif de sécurité vidéo.

En effet, les caméras qui filment des lieux non ouverts au public (réserves, entrepôts, lieux de stockage…) doivent faire l’objet d’une déclaration auprès de la CNIL. De même que les caméras placées dans des lieux ouverts au public doivent être enregistrées auprès de la préfecture. Les salariés doivent de plus être informés au préalable de la pose d’un système de vidéosurveillance.

Glossaire sur la protection électronique des entreprises

Glossaire sur la protection électronique des entreprises

16 novembre 2017

Les entreprises sont régulièrement touchées par des problèmes concernant la sécurité, notamment les vols et tentatives d’effraction, les vols de marchandises et de données. Fort heureusement, l’évolution des technologies permet désormais de protéger efficacement les personnes et les biens grâce à des dispositifs sophistiqués. Pour mieux s’y retrouver entre ces différents équipements, retrouvez ci-dessous le glossaire détaillé de la sécurité électronique en entreprise. 

Le guide de la sécurité électronique en entreprise :

Le système d’alarme :

Il existe différents systèmes d’alarme pour assurer la sécurité en entreprise et empêcher l’intrusion de personnes mal-intentionnées ainsi que le vol de marchandises. Ces équipements sont :

  • Les alarmes anti-intrusions
  • Les alarmes incendie
  • Les alarmes gaz
  • Les alarmes inondation

Alarme anti-intrusion :

Ce dispositif électronique a pour but de détecter une intrusion aussi vite que possible et de transmettre rapidement l’information aux responsables, à la télésurveillance ou aux agents de sécurité qui prendront immédiatement les mesures qui s’imposent.

Lorsqu’un mouvement ou une tentative d’ouverture sur une porte ou une fenêtre sécurisée est détectée au sein de l’entreprise, des sirènes vont se déclencher immédiatement. Les voleurs prendront la fuite dans plus de 80 % des cas.

Un système d’alarme anti-intrusion se compose :

  • D’une centrale
  • De détecteurs d’ouverture et de mouvements
  • D’une sirène.

Cet équipement peut être filaire ou sans fil et être associé à des caméras de vidéosurveillance.

Alarme incendie :

Un système d’alarme incendie a pour mission de détecter un départ de feu dans les plus brefs délais et de déclencher une sirène qui va indiquer aux personnes qu’ils doivent évacuer les lieux pour se mettre en sécurité aussi vite que possible.

L’alarme incendie est composée de détecteurs de chaleur et de fumée. Cet équipement se compose d’un Système de Sécurité Incendie qui est placé en général dans le poste de garde ou le PC sécurité.

Alarme gaz :

Ce système détecte la présence dans l’atmosphère des gaz toxiques comme le propane, butane ou encore le monoxyde de carbone qui sont dangereux pour la santé des personnes lorsqu’ils sont inhalés.

Lorsque les détecteurs signalement un problème, ils envoient l’information à une centrale qui va déclencher une alarme pour prévenir les employés d’un danger.

Alarme inondation :

Cet équipement est installé en prévention d’un dégât des eaux. Lorsque l’eau atteint une certaine hauteur dans une entreprise, les détecteurs vont le signaler et déclencher une sirène.

Ce dispositif peut être autonome ou sans fil. la différence entre les deux réside dans le fait que le modèle sans fil doit obligatoirement être relié à une centrale pour fonctionner, tandis que l’équipement autonome est un petit boîtier indépendant avec des électrodes placées dans le boîtier.

Le modèle sans fil comprend une sonde externe ou capteur de fluide placé au niveau du sol et composé de deux électrodes externes, d’un transmetteur et d’un câble qui relie les deux éléments. Lorsque les électrodes vont entrer au contact de l’eau, une sirène d’alarme va se déclencher et les responsables seront prévenus.

Les dispositifs électroniques qui viennent compléter les systèmes d'alarmes.

Les dispositifs électroniques qui complètent les systèmes d’alarmes :

Pour compléter ce glossaire et approfondir le guide de la sécurité électronique en entreprise, il faut savoir que le champs lexical de la sécurité électronique comprend des équipements indispensables qui vont s’ajouter au système d’alarme.

Badges :

Pour garantir un niveau de sécurité optimal en entreprise, un contrôle d’accès doit être effectué afin de n’autoriser que les personnes habilitées à pénétrer dans les locaux.

C’est pour cette raison qu’est remis un badge magnétique uniquement aux personnes autorisées à entrer dans les bâtiments.

Un badge est une carte plastique équipé d’une puce et d’une piste magnétique. Chaque possesseur approche le badge près du lecteur de badge pour entrer. Cette technologie fonctionne avec une lecteur de badge qui permet de filtrer et de contrôler les sorties des visiteurs et du personnel dans les sociétés.

Badgeuse :

La badgeuse est un boîtier relié au courant électrique et apposé généralement à l’entrée des entreprises afin d’identifier les détenteurs des badges et d’autoriser ou non l’accès dans les bâtiments.

La badgeuse est reliée à un système d’exploitation qui enregistre des données telles que les heures d’arrivée et de départ des salariés, les temps de pause, les tentatives d’accès non autorisées…

Biométrie :

La biométrie est une technologie de pointe qui utilise la reconnaissance du visage, de l’iris, de l’empreinte digitale ou du réseau veineux. Les données sont très fiables et analysent l’évolution du corps humain au fil des années et permettent une identification précise.

Caméras de surveillance :

Des caméras sont des appareils placés à divers lieux stratégiques de l’entreprise pour filmer certaines zones de stockage et repérer le déplacement des visiteurs et des employés. Ces caméras sont soit :

  • Numériques (caméras IP
  • Analogiques (webcams

Une caméra IP fonctionne avec le réseau internet et n’a pas besoin d’être reliée à un ordinateur, contrairement à une webcam.

Centrale intrusion :

Boîtier qui permet de régler les paramètres de l’alarme intrusion. Il est composé de :

  • Détecteurs
  • Télécommande
  • Transmetteur GSM

Cylindre électronique :

Il s’agit d’un système dédié à protéger des locaux d’entreprise. Les utilisateurs possèdent un émetteur qui ouvre un cylindre dans une serrure. Utilisé surtout lorsque les bâtiments sont éloignés géographiquement les uns des autres.

Clavier à code :

Seuls les utilisateurs connaissant le code secret peuvent pénétrer dans la zone sécurisée via un clavier électronique composé de touches.

Détecteurs :

Ce sont des capteurs électroniques utilisés pour détecter la présence d’un corps (détecteurs volumétriques) ou d’un phénomène caché qui n’apparaît pas immédiatement (gaz, ondes radioélectriques…). Ils sont placés au niveau des systèmes d’ouverture (portes, fenêtres…) et vont envoyer un signal à la centrale intrusion lorsqu’une tentative d’effraction va être détectée.

Domotique :

Technologie permettant de contrôler, de programmer et d’automatiser les systèmes nécessaires à la sécurité de l’entreprise comme par exemple la gestion à distance des caméras de surveillance (fonction de zoom…).

Logiciels :

Pour lutter contre la cybercriminalité et renforcer leur réseau internet, les entreprises doivent protéger leurs données et s’équiper de programmes informatiques ou logiciels qui vont détecter et empêcher toute tentative d’intrusion comme :

  • Snort
  • Triwire
  • Logcheck 1.1.1

Portier audio/vidéo :

Système relié à une caméra permettant d’identifier la personne désireuse de pénétrer dans l’entreprise avec le son et/ou la voix . Cet interphone peut être sans fil et il existe des modèles capables d’enregistrer les messages d’absence.

Portiques de détection :

Dispositif de sécurité antivol placé à l’entrée d’un magasin ou d’une entreprise pour contrôler le passage des visiteurs. Ces portiques fonctionnent avec des marqueurs antivols placés sur les produits en vente. Lorsqu’une personne avec un marqueur non désactivé franchit le portail de détection, une alarme va se déclencher.

Serrures sans fil :

Système électronique où chaque utilisateur doit rentrer manuellement un code sur un clavier numérique pour accéder à un espace sécurisé. Ces serrures peuvent être paramétrées à distance via une connexion sans fil (mises à jour et changements des codes…).

Système de Sécurité Incendie :

Équipement chargé de collecter, traiter et effectuer les fonctions nécessaires à la mise en sécurité d’un établissement comme par exemple le déclenchement de l’alarme incendie, la fermeture des portes coupe-feux et l’ouverture des sky-dômes.

Télésurveillance :

Système technique structuré en réseau comprenant un dispositif de détection et une alarme pour surveiller à distance des lieux, des machine sou des personnes. Cet équipement est relié à une société de télésurveillance qui va prévenir les responsables et les forces de l’ordre lorsqu’une anomalie sera détectée.

Transmetteur téléphonique :

Appareil qui va envoyer un signal d’alerte au système informatique de la société de télésurveillance.

Vidéosurveillance :

Équipement comprenant une ou plusieurs caméras de surveillance placées dans les espaces à sécuriser.