Blog

Comment protéger son entreprise des effractions ?

En France ont lieu 985 cambriolages par jour, soit un cambriolage toutes les 1.5 minutes, et ils se produisent dans 44 % des cas dans des entreprises et locaux professionnels. De plus, ces chiffres sont en constante augmentation.

Les nouvelles technologies permettant de protéger votre entreprise des effractions

Fort heureusement, il existe des moyens pour pallier aux effractions et mieux protéger son entreprise, notamment grâce à certaines avancées technologiques pour contrer les personnes malintentionnées.

Il faut savoir que la mise en place d’un système d’alarme sophistiqué est l’une des solutions les plus efficaces pour protéger ses biens.

La technologie au service des entreprises

Grâce aux progrès réalisés en matière de technologie, les locaux peuvent être protégés électroniquement.

Comment ?

En faisant installer un système d’alarme anti-intrusion à l’intérieur même des bâtiments.

Qu’est-ce qu’un système d’alarme anti-intrusion ?

Il s’agit d‘un système dont la fonction est de détecter une intrusion. Lorsqu’un mouvement ou l’ouverture d’une porte ou d’une fenêtre est détecté dans les locaux, une alarme va se déclencher immédiatement.

Dans 80 % des cas, le déclenchement des sirènes effraient les voleurs et les fait fuir.

Ce type d’installation se compose :

  • D’une centrale
  • De détecteurs volumétriques
  • De détecteurs d’ouverture
  • D’une sirène

Une centrale est un boîtier électronique pour régler les différents paramètres de l’alarme.

Les détecteurs volumétriques vont capter les mouvements et envoyer les informations à la centrale dès qu’une personne va se déplacer dans les locaux. Les détecteurs d’ouverture vont se déclencher aussitôt qu’une porte ou une fenêtre va être forcée.

Les sirènes vont se déclencher pour faire fuir les cambrioleurs et avertir les agents de sécurité.

Les différents systèmes d’alarme

Il existe plusieurs sortes de systèmes d’alarmes anti-effraction:

  • Filaires
  • Sans fils

Choisir une alarme anti-intrusion permet de renforcer la sécurité dans une entreprise. Même si les deux systèmes ont les mêmes fonctions, on peut distinguer des différences entre les deux.

Les alarmes filaires sont reliées par des câbles et sont utilisées pour les structures de grandes tailles comme les usines et les grands entrepôts. Ces installations permettent d’intégrer plus de détecteurs mais elles coûtent néanmoins plus chers car les câbles doivent la plupart du temps être intégrés dans les murs.

Ces systèmes sont plus fiables que les installations sans fil qui sont plutôt réservées aux bâtiments de petite et moyenne taille. L’intérêt de ces dernières est leur coût et le fait qu’elles sont moins contraignantes à poser.

Bon à savoir

Les système sans fil fonctionnent sur batterie et ne sont pas reliés au courant. Ils peuvent être neutralisés facilement et il faut vérifier régulièrement le bon état des batteries. De plus, ils ne sont pas homologués par les assurances.

Les alarmes filaires sont reliées au secteur et les entreprises doivent posséder un groupe électrogène en cas de coupure de courant.

D’autres procédés technologiques peuvent être installés pour renforcer la sécurité d’une entreprise. Quels sont-ils ?

Les équipements qui viennent compléter les système d’alarme

Un système de vidéosurveillance peut être installé. Il se compose d’une ou de plusieurs caméras qui vont permettre de surveiller les zones désirées. Un joystick permettra de diriger les caméras et des fonctions de zoom pourront s’avérer utiles.

Il comprend également un écran d’ordinateur pour visualiser les différentes zones. A cela peut s’ajouter un enregistreur numérique qui peut se révéler fort pratique pour consulter les vidéos ultérieurement.

A noter

Lorsqu’une caméra filme une zone ouverte au public, une demande d’autorisation en préfecture doit être déposée.

Pour les zones privées, atelier, réserve, parking du personnel… et c’est le cas dans les entreprises, une demande doit être faite auprès de la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés).

Il est possible également de placer des détecteurs de mouvement extérieurs avec vision infrarouge pour détecter une présence la nuit.

Les sociétés doivent veiller aussi à protéger leurs données afin qu’elles ne soient pas piratées et fournies à des tiers. Elles doivent sécurisées leur réseau intranet en installant des logiciels de détection d’intrusion comme par exemple:

  • Tripwire
  • Snort
  • Logcheck 1.1.1

Ces petites applications sont très pratiques dans la prévention des intrusions car elles vont détecter les tentatives d’attaques et prévenir le service informatique qui agira en conséquence.

Protéger physiquement son entreprise

Pour prévenir les cambriolages, vu que les malfaiteurs préfèrent agir de nuit et qu’ils abandonneront au bout de 5 minutes s’ils ne parviennent à pénétrer dans les locaux, les solutions suivantes peuvent être apportées :

  • Installer une clôture et un portail solides
  • Bien éclairer l’extérieur des bâtiments
  • Installer des rideaux mécaniques ou des portes blindées
  • Protéger les baies vitrées par des barreaux
  • Poser des films anti-effractions sur les vitres

Depuis quelques années, les entreprises font de plus en plus appel à des sociétés de gardiennage. Ces prestataires répondent à la demande du client en proposant des services adaptés à ses besoins.

Les agents pourront assurer une présence physique depuis un poste de garde et effectuer des rondes de sécurité, avec vérification des ouvrants, la mise en et hors service des bâtiments par exemple.

Si la présence d’un agent 24h/24 n’est pas requise, en cas de déclenchement d’une alarme intrusion, le signal sera envoyé à un centre de télésurveillance qui fera appel à des rondiers intervenants qui viendront sur le site vérifier la cause du déclenchement.

Protéger physiquement son entreprise pour prévenir des cambriolages.

Systèmes d’alarme et législation 

En prévention des intrusions et pour garantir la sécurité d’une entreprise, il faut choisir les bonnes normes et certifications existantes. Pour ce faire, le mieux est de commencer par évaluer le taux de vulnérabilité de votre société.

Quels biens renferment les entrepôts et quelle est leur valeur ? Où sont situés les bâtiments ? Sont-ils isolés ? La sécurité de votre entreprise devra être adaptée en fonction du diagnostic.

Aucune législation en vigueur n’impose l’installation d’un système d’alarme. Cependant, des certifications existent qui protègent et garantissent des produits de qualité au consommateur. Ces certifications concernent aussi bien le matériel que la prestation délivrée par une entreprise.

Si vos locaux renferment des biens dont le montant à protéger par la compagnie d’assurance est important, l’assureur peut demander à ce que soit installé un système d’alarme certifié avec la norme A2P (Alarme Protection Prévention). Ou bien vous pourrez bénéficier de réductions sur vos cotisations si vous faites poser un système A2P.

Qu’est-ce que la norme A2P ?

C’est la norme qui garantit la qualité des produits. Elle est délivrée depuis 1984 par le CNPP (Centre National de Prévention et de Protection) et comprend 3 niveaux:

  • NF A2P 1
  • NF A2P 2
  • NF A2P 3

Le premier niveau s’adresse surtout aux particuliers. C’est le niveau de sécurité le plus faible. Il concerne les domiciles qui ne renferment pas de biens de grande valeur.

Le second niveau sera surtout choisi par les petits commerçants ou les particuliers qui possèdent des biens ayant déjà une valeur plus importante.

Enfin, le troisième niveau est le niveau le plus élevé en terme de sécurité. Il s’adresse aux commerces et entreprises qui possèdent des biens dont le montant atteint des sommes élevées.

Les points clés à retenir :

  • Commencer par évaluer le taux de vulnérabilité de votre société pour mettre en place un système adapté à votre diagnostic. 
  • Protéger votre entreprise physiquement pour dissuader rapidement des cambriolages.
  • N’oubliez pas de mettre en place un système pour protéger vos données numériques également et éviter toute sorte de piratage. 

Comment protéger son entreprise des vols ?

Chaque année, les commerces français connaissent une perte de plus de 4 milliards d’euros à cause du vol à l’étalage. Bien que les vols aient reculé de près de 20 % ces dernières années, ils restent encore très importants et les commerçants se tournent désormais de plus en plus vers les nouvelles technologies, notamment les systèmes anti-vols, pour pallier à ces pertes.

Mais quels sont ces différents systèmes et comment faire le bon choix ?

Les systèmes anti-vols en entreprise

Grâce à l’électronique, les biens stockés en entreprise et en grandes surfaces peuvent être protégés plus efficacement, et le niveau de sécurité en entreprise peut être augmenté. Mais comment se définit un système anti-vol ?

Qu’est-ce qu’un système anti-vol ?

Dans les entreprises, magasins et grandes surfaces, il s’agit d’un système électronique dont le but est d’empêcher les vols ou de rendre la tâche plus difficile aux voleurs. Ces dispositifs ont non seulement un objectif de dissuasion, mais ce sont de plus des appareils très sophistiqués qui vont avertir les responsables lors d’une tentative de vol. 

L’équipement antivol comprend des portiques de détection ainsi que des badges attachés aux articles en vente. Une sirène va se déclencher aussitôt qu’un produit marqué va entrer dans le champ de détection du portique de sécurité.

Les différentes technologies utilisées dans les magasins sont les suivantes:

  • La technologie RF
  • La technologie AM
  • La technologie EM

La technologie RF (radio-fréquence) est surtout utilisée dans les magasins de textiles et de chaussures. Un marqueur RF qui a la forme d’une étiquette est activé et fixé au produit. Ce marqueur ne sera désactivé que lors du passage en caisse grâce à un dispositif situé sous le tapis de caisse. Cette technologie est très répandue.

Elle présente des avantages non négligeables :

  • Haut niveau de détection (de l’ordre de 85 %)
  • Antivols discrets et esthétiques
  • Radio-fréquence passe à travers les liquides
  • Technologie la moins onéreuse

Les inconvénients suivants doivent être pris en compte :

Les objets métalliques peuvent provoquer des perturbations au niveau du signal de radio-fréquence et déclencher une alarme intempestive lors du passage à l’intérieur du portique de sécurité. Il convient donc de placer les capteurs à une certaine distance.

Vu la précision exigée par le réglage de l’antivol, le mieux est de faire appel à un professionnel pour effectuer un contrôle environnemental.

La technologie AM (acousto-magnétique) est également utilisée pour augmenter le niveau de sécurité, notamment dans les magasins d’optique et les pharmacies. L’équipement comprend des lamelles magnétiques qui se mettent à vibrer et déclenchent une alarme lors du passage dans le champ d’un portique.

Ses avantages sont :

  • Aucune perturbation avec le métal
  • Large champ de détection (environ 5 mètres)
  • Taux de détection proche de 100 %
  • Protection des petits articles également

Néanmoins, cette technologie est plus onéreuse que la radio-fréquence et il faut demander un contrôle environnemental également.

Enfin, certains systèmes sont équipés de la technologie EM:Cette technologie est liée à des marqueurs antivols qui peuvent être désactivés ou réactivés à volonté. Si un antivol n’est pas démagnétisé, le champ magnétique émis par les portails va arriver à saturation, ce qui va avoir pour effet de déclencher une alarme.

Cette technologie offre les avantages suivants:

  • Antivol petit et peu onéreux
  • Protection des objets métalliques

Cet équipement est privilégié dans les bibliothèques et médiathèques car il est possible de désactiver le marqueur et d’emprunter un livre sans déclencher la sirène d’alarme.

Cependant, ce système présente quelques contraintes:

  • Taux de détection inférieur aux deux autres systèmes (70 à 75 %)
  • Portée du champ magnétique inférieure à 1 mètre
  • Système utilisable uniquement avec 2 bornes, d’où son prix élevé
Comment prévenir les tentatives d'effractions.

Zoom sur les marqueurs antivols

Différents antivols sont utilisés en fonction des articles à protéger:Les étiquettes peuvent être placées sur tous types de produits et sont adaptées à la technologie des différents portiques (RF, AM ou EM).

  • Les étiquettes
  • Le boitier antivol
  • Le macaron antivol
  • L’antivol en forme d’araignée
  • Le boitier bouteille
  • La câble sous alarme

Le boitier antivol est transparent et renferme l’article qu’il protège, comme un DVD ou un jeu vidéo par exemple. Il faut un déverrouilleur pour l’ouvrir.Le macaron antivol fonctionne avec les technologies RF et AM et est privilégié dans le commerce du textile.

Le modèle en forme d’araignée comporte 2 lanières solides qui entourent le produit. On en trouve pour protéger les PC, tablettes tactiles… Le boitier bouteille est fixé sur les bouteilles chères et peut être réutilisé à volonté. Le câble sous alarme est relié à l’article et les clients peuvent manipuler l’objet. Il est souvent fixé aux smartphones et aux tablettes tactiles.

Comment prévenir les tentatives d’effractions ?

Il faut également dissuader les voleurs de pénétrer dans les magasins et locaux industriels. La prévention des intrusions passe par l’installation de dispositifs sophistiqués pour assurer la sécurité en entreprise. Pour protéger les biens stockés dans les magasins et entreprises, des systèmes anti-effractions réellement efficaces existent.

Il s’agit de mettre en place un système d’alarme plus ou moins sophistiqué en fonction de la valeur des biens à protéger. Ce système d’alarme se compose de détecteurs de mouvements et d’ouverture qui vont réagir lorsqu’un cambrioleur va tenter de pénétrer par effraction dans les bâtiments. Une sirène va alors se déclencher et elle fera fuir le voleur dans 80 % des cas.

La prévention des intrusions passe également par l’installation d’équipements qui vont s’ajouter au système d’alarme comme la mise en place d’un éclairage automatique qui, couplé à un détecteur de mouvements, va se mettre en marche dès qu’une présence va passer dans le faisceau de détection. Particulièrement dissuasif pour faire fuir les individus mal-intentionnés ! 

Des caméras de surveillance peuvent venir compléter le système anti-effraction. Enfin, en plus de la technologie, il peut être judicieux de faire appel à une société de gardiennage pour protéger des magasins et locaux industriels. Les agents seront sur place en permanence pour assurer la sécurité des personnes et des biens ou alors la société fera intervenir des rondiers intervenants qui effectueront des rondes de sécurité. Important:

Mettre des panneaux autour du site ou en devanture du magasin à protéger indiquant la présence de caméras et d’agents de sécurité peut s’avérer utile pour prévenir les intrusions !

A retenir :

La sécurité dans les magasins et les entreprises passe par:

  • La pose de portiques de sécurité
  • L’installation d’un système d’alarme et de systèmes anti-effractions supplémentaires
  • La présence d’une société de gardiennage

Les enjeux de la protection et de la lutte contre les incendies en entreprise

La prévention des incendies est un enjeu considérable pour les entreprises, quelle que soit leur taille et l’importance de leur effectif. Tout sinistre lié au feu peut engendrer des dégâts matériels et humains considérables. Selon l’INRS, « 70 % des entreprises victimes d’un sinistre majeur disparaissent dans les mois qui suivent ». D’autre part, les dirigeants sont responsables de la mise en œuvre de mesures visant à prévenir le risque d’incendie. Tout manquement peut entraîner des poursuites judiciaires et des pénalités. Découvrez quels sont les bons gestes et les équipements indispensables pour optimiser la sécurité en entreprise.

La prévention : entre bon sens et obligation

La protection entreprise passe par le déploiement d’un certain nombre de mesures, dont certaines relèvent du Code du Travail. Selon l’Article R232-12-17 dudit code, les dirigeants d’entreprise ont pour responsabilité de « prendre les mesures nécessaires pour que tout commencement d’incendie puisse être rapidement et efficacement combattu dans l’intérêt du sauvetage du personnel« . Cela signifie qu’il convient à la fois d’installer des dispositifs de prévention, mais aussi de vérifier la conformité des locaux.

Ces derniers doivent permettre l’évacuation des salariés, mais également faciliter l’accès des équipes de secours.

Les contraintes imposées aux chefs d’entreprise ne sont pas identiques en fonction de l’activité et de l’effectif de l’établissement.

Les ERP (Etablissements Recevant du Public) qui accueillent du public en plus de leurs employés sont assujetties à une réglementation plus lourde, en fonction de leur catégorie et du nombre de personnes. Les ERP de catégorie 1, ayant une capacité d’accueil de plus de 1501 personnes, les structures d’accueil pour les personnes handicapées et âgées (catégorie J) ou encore les salles de spectacle, ne sont pas soumis aux mêmes obligations qu’une TPE de moins de 10 salariés. Néanmoins, les conséquences d’un incendie sur le lieu de travail sont telles, que tout dispositif visant à renforcer la sécurité en entreprise s’affirme indispensable.

Les dispositifs de sécurité anti-incendie obligatoires et facultatifs

Le système de sécurité incendie (SSI)

Il comprend l’ensemble des équipements permettant de détecter et localiser un incendie le plus rapidement possible. Il en existe différents types, en fonction du niveau de risque (évalué par des lettres de A à E).

Les SSI de catégorie A, par exemple, sont les détecteurs de fumée dotés d’une alarme incendie, qui se déclenchent en cas de feu avéré et les déclencheurs manuels, qui génèrent également une alarme suite à une action humaine.

Toute entreprise d’un effectif supérieur à 50 personnes doit être équipée d’au moins une alarme incendie sonore, parfaitement audible et d’une autonomie minimale de 5 minutes.

L’éclairage de sécurité

Il doit faciliter l’évacuation en prenant le relais lorsque l’éclairage effectif ne fonctionne plus. Cet équipement doit être régulièrement vérifié et entretenu.

Les extincteurs

Les entreprises doivent installer au moins un extincteur par niveau, tous les 200 mètres carrés. Ce nombre peut augmenter en fonction des risques liés au type d’établissement. Dans les locaux industriels, un extincteur est obligatoire tous les 150 mètres carrés.

Le système de désenfumage

Il imite la propagation de l’incendie et facilite l’évacuation des salariés. Les systèmes de désenfumage associent souvent action naturelle (ouvrants de façades) et mécanique (par ventilateurs).

Les équipements complémentaires

Les colonnes sèches ou humides et les robinets d’incendie armés (RIA), dispositifs d’extinction automatiques, sont de précieux adjuvants dans la lutte anti-incendie. Ces équipements ne sont obligatoires que dans certains cas. Les colonnes sèches doivent impérativement être installées dans les locaux à risques recevant du public (ERP) dont le plancher est érigé à plus de 18 mètres de hauteur.

Les colonnes humides, quant à elles, doivent être présentes dans les bâtiments d’une hauteur de plus de 50 mètres.

Pour renforcer la sécurité de l’entreprise et limiter le risque d’incendie criminel ou d’acte de malveillance, l’installation d’un système anti-effraction s’avère utile. Pour choisir un système anti-effraction efficace (système d’alarme, détecteurs de présence ou vidéo-surveillance), il est possible de faire réaliser un audit de sécurité par un spécialiste.

Sensibiliser les équipes à la protection entreprise

En matière de prévention et de lutte anti-incendie, le facteur humain est déterminant. La réactivité et le « self-contrôle » des salariés ont des enjeux cruciaux. Dans ce contexte, le chef d’entreprise doit mettre en œuvre tous les moyens nécessaires pour informer et former ses employés.

L’obligation d’affichage des consignes de sécurité

Les consignes de sécurité incendie recensent l’ensemble des démarches à effectuer en cas de feu avéré. Elles comportent différents volets (alerte, extinction et lutte contre les incendies, entretien des équipements et plan d’évacuation).

Les consignes de sécurité doivent être affichées à chaque niveau de l’établissement et dans les salles dont l’effectif est supérieur à 5 personnes (salles de réunion et/ou de repos dédiées au personnel).

Le registre de sécurité

Les établissements recevant du public et certaines entreprises doivent créer et tenir à jour un registre de sécurité, au format papier. Ce registre doit notamment mentionner et désigner les personnes dédiées à la lutte anti-incendie, les dates des contrôles d’entretien des équipements de sécurité et les consignes d’évacuation.

Ce document obligatoire est demandé par les assurances en cas de sinistre.

Les employés doivent s'intégrer dans la politique de sécurité de l'entreprise.

La formation des salariés

Les dirigeants d’entreprise ont l’obligation de former un ou plusieurs « équipiers d’évacuation » en fonction de l’effectif de leur établissement. L’équipe de première intervention désignée devra suivre des enseignements prodigués par des professionnels du feu.

Des exercices d’évacuation doivent être organisés annuellement.

Pour conclure, les incendies font partie des risques de sécurité les plus importants pour les entreprises, avec des dégâts matériels et humains parfois graves. Il est dont primordial pour l’entreprise de déployer l’ensemble des moyens techniques permettant de prévenir les incendies et lutter contre le feu.

Les employés eux-mêmes doivent être intégrés à cette politique de sécurité en entreprise.

A retenir :

  • Un incendie dans l’entreprise peut avoir de lourdes conséquences d’un point de vue financier et humain.
  • Les ERP sont soumis à des obligations plus strictes en matière de prévention et de lutte contre les incendies.
  • Au-delà de l’installation des équipements obligatoires et facultatifs, les chefs d’entreprise ont une responsabilité envers les employés dont ils doivent garantir la sécurité au quotidien.

8 points à connaître pour protéger efficacement son entreprise

Une entreprise est soumise à différents types de risques liés à son activité et il faut réunir les éléments essentiels, dans le respect des normes de sécurité, qui permettent de supprimer ces risques, ou du moins de les diminuer au maximum. Il est essentiel de savoir que le risque zéro n’existe pas.

Quels sont ces risques et comment les entreprises peuvent-elles les gérer au mieux afin d’optimiser leur rentabilité ?

Les risques rencontrés par les entreprises

Les entreprises sont amenées à rencontrer différents facteurs qui peuvent empêcher la réalisation de leurs objectifs et avoir des conséquences sur leurs performances. Ces risques peuvent toucher :

  • Les personnes : Les salariés peuvent être victimes d’agressions verbales ou physiques.
  • Les biens : Les biens peuvent subir des sabotages, être volés ou vandalisés.
  • Les bâtiments : Les bâtiments peuvent connaître des dégradations dues à des cambriolages, des sabotages, les installations sont susceptibles d’être vandalisées. Il ne faut pas oublier non plus les risques d’incendie et d’inondation.
  • Les informations confidentielles : Les données relatives à l’activité de l’entreprise peuvent subir de l’espionnage industriel et être piratées informatiquement pour être revendues à des tiers. 

Il faut donc être capable d’identifier tous ces risques afin d’assurer au mieux la sécurité en entreprise. Pour protéger les salariés, les responsables d’entreprise sont dans l’obligation de réaliser un Document Unique d’Évaluation des Risques Professionnels (DUERP).

1/ Le DUERP pour la protection des employés

Les responsables d’entreprises sont chargés d’évaluer tous les risques concernant la santé et la sécurité des travailleurs. Ces risques sont liés à l’activité de l’entreprise qui dépend :

  • Des procédés de fabrication
  • Des équipements de travail
  • De l’aménagement des postes de travail
  • Des produits chimiques auxquels peuvent être exposés les employés
  • Du lieu de travail

Une fois l’évaluation achevée, l’employeur va mettre en place des actions de prévention ainsi que des procédés et méthodes de travail pour garantir une meilleure protection de la santé et sécurité des travailleurs. Ainsi, les résultats de cette évaluation sont retranscrits dans un DUERP.

L’évaluation sera différente si le salarié est un homme ou une femme.

Si une entreprise possède plusieurs établissements, un DUERP doit être rédigé dans chaque établissement.

2/ La rédaction du Document Unique

C’est l’employeur qui doit rédiger le DUERP. Cependant, ce document s’inscrivant dans une démarche de prévention, les instances du personnel, le CHSCT ainsi que les techniciens et salariés peuvent être conviés également.

Un employeur qui ne rédige pas de DUERP s’expose, en cas de contrôle effectué par l’inspection du travail, à des amendes. Celles-ci vont de 1500 à 3000 euros en cas de récidive !

Comment prévenir les risques en entreprise ?

La sécurité en entreprise peut être permanente ou temporaire en fonction des besoins. Avec un système de sécurité performant, une entreprise sera en mesure de protéger plus efficacement les employés, les biens et les locaux professionnels.

3/ Le système d’alarme

Un système d’alarme peut être installé en prévention des intrusions et des vols. Il s’agit d’un dispositif électronique composé de divers éléments dont le but va être de dissuader et faire fuir les individus malintentionnés tels que les cambrioleurs. Composé d’une centrale reliée à des détecteurs d’ouverture et détecteurs de mouvements, ce système de surveillance va réagir dès qu’un voleur va tenter d’ouvrir une porte ou une fenêtre par effraction, ou encore dès qu’un cambrioleur va passer devant les faisceaux !

4/ La protection des données

Les entreprises doivent veiller à protéger physiquement et électroniquement les données confidentielles. Les documents importants seront stockés dans des coffre-forts. L’accès au réseau internet doit être sécurisé car les hackers tentent régulièrement, et ce à des fins frauduleuses, de dérober des informations aux sociétés.

Il existe des logiciels pour prévenir les tentatives d’attaques et protéger les données sensibles comme Tripwire ou Logcheck qui vont permettre au service informatique des entreprises d’agir efficacement contre le piratage.

5/ La vidéo-surveillance

Le système d’alarme peut être associé à un équipement de vidéosurveillance qui sera composé de caméras pour filmer toute action qui va se passer au sein de l’entreprise, aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur.

Ce dispositif de transmission d’images permet de surveiller plusieurs lieux à distance et les opérateurs veillent plus facilement à la protection des biens et des employés.

Lors d’un déclenchement d’alarme dû à un détecteur de mouvements, les vidéos filmées peuvent être remontées et traitées par un centre de télésurveillance qui, en cas d’intrusion avérée, va aviser les forces de l’ordre et les responsables de l’entreprise.

La mise en place d’un système de sécurité tel que des caméras de surveillance va avoir un effet dissuasif.

Un employeur qui filme ses employés durant leurs horaires de travail est soumis à des obligations légales.

En effet, le responsable d’entreprise doit prévenir le comité d’entreprise, les salariés mais aussi faire une déclaration auprès de la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés).

La vidéosurveillance ne doit pas être une pratique jugée abusive et cet équipement doit être justifié par l’activité et les besoins de l’entreprise.

6/ Le contrôle d’accès

Les dirigeants d’entreprise font régulièrement appel à des prestataires extérieurs, en l’occurrence des sociétés de gardiennage, pour assurer la sécurité des salariés et des biens et en prévention des intrusions. Des agents de sécurité placés à l’entré du site vont effectuer le contrôle des entrées et sorties. Ils sont souvent placés dans un poste de garde et effectuent un filtrage des personnes et des prestataires qui veulent entrer et sortir des bâtiments.

Ils possèdent le matériel de sécurité indispensable pour réaliser à bien leur mission: des PTI (Protection Travailleur Isolé, des équipements de communication comme des talkies-walkies et téléphones mobiles, des lampes torches…). Les agents de sécurité effectuent des rondes et ont un rôle de prévention des incendies, inondations, vols, vandalisme.

Les sociétés de gardiennage doivent obtenir une autorisation du CNAPS (Conseil National des Activités Privées de Sécurité) avant d’exercer leur activité. Ensuite, les employés, par exemple les agents de sécurité, posséderont chacun une carte professionnelle (qui devra être renouvelée tous les 5 ans) avec un numéro d’identification unique.

Si l’entreprise n’a pas d’agents de sécurité statique et que le système de surveillance détecte une anomalie, des rondiers intervenants, prévenus via le centre de télésurveillance au déclenchement de l’alarme, pourront se déplacer et effectuer une levée de doute pour connaître la cause du déclenchement.

7/ La protection physique des entreprises

En prévention des intrusions, les entreprises peuvent sécuriser les extérieurs des locaux en installant un portail et une clôture solides.

Des panneaux indiquant la présence d’une société de gardiennage sur le site et d’un système de vidéosurveillance doivent être placés en évidence afin de d’empêcher toute tentative d’effraction.

Des dispositifs d’éclairage automatiques seront placés tout autour du site et s’allumeront dès qu’une personne passera à proximité des capteurs.Des portes blindées barreront les accès et des barreaux seront installés devant les fenêtres. Les vitres pourront être renforcées par des films anti-effractions.

Des dispositifs électroniques pour une meilleure sécurité au sein de l'entreprise.

8/ La protection électronique des entreprises

Pour sécuriser au mieux les entreprises, des dispositifs électroniques peuvent être mis en place comme :

  • Des lecteurs de badge
  • Des serrures sas fil
  • Des systèmes utilisant la technologie RFID
  • Des lecteurs biométriques

Le lecteur de badge permet aux personnes habilitées d’avoir accès dans les locaux. Seuls les employés possédant un badge magnétique peuvent pénétrer dans l’entreprise. Il leur suffit juste de passer leur carte devant la badgeuse pour que les portes s’ouvrent.

Les serrures sans fil sont composées d’un clavier électronique. Il faut rentrer un code que seuls les utilisateurs habilités connaissent pour avoir accès à des zones sécurisées.

Un badge RFID est composé d’une puce et d’une antenne qui va transmettre directement les données du salarié par le biais d’ondes radio. Ces données seront lues par un émetteur-récepteur. Donc aucun contact avec le lecteur n’est nécessaire.

Enfin, la pointe de la technologie est représentée par le contrôle d’accès biométrique qui utilise soit la reconnaissance des empreintes digitales, soit de l’œil. Ce sont des lecteurs très fiables et la biométrie est capable de reconnaître les changements du corps humain au fil des années.

Tout savoir sur les portiques de sécurité en entreprise

Face au vol à l’étalage, les entreprises doivent s’adapter et faire appel à des technologies de pointe pour préserver leurs biens. C’est la raison pour laquelle les commerces et locaux professionnels disposent de portiques de sécurité. Mais de quoi s’agit-il exactement et quels sont les différents modèles disponibles sur le marché ?

Qu’est-ce qu’un portail ou un portique de sécurité ?

Dans un magasin, il s’agit d’un dispositif de sécurité antivol placé à un endroit stratégique, notamment à l’entrée, qui constitue un lieu de passage obligatoire pour contrôler la clientèle.

Ces dispositifs ont plusieurs objectifs :

  • Dissuader les voleurs
  • Combattre la démarque inconnue
  • Détecter et remédier aux vols à l’étalage
  • Sécuriser les espaces de vente

Comment choisir un portail de sécurité ?

Il existe différents portiques antivols et il faut prendre en compte les critères suivants avant d’investir dans un tel équipement:

  • La nature des produits mis en vente
  • L’environnement du magasin
  • Le nombre d’entrées et sorties
  • L’importance des vols

Le portique antivol sera différent en fonction du secteur d’activité. Pour protéger son local professionnel, les besoins ne seront pas les mêmes s’il faut empêcher les vols dans une boutique de vêtements ou dans une médiathèque par exemple.

Les portiques de sécurité magasin sont indispensables dans les cas suivants :

  • Renforcer la sécurité en entreprise
  • Systèmes anti-effractions efficaces
  • Protéger son local professionnel
  • En prévention des intrusions

Comment fonctionne un portique anti-vol ?

Un portique de sécurité magasin peut être fait de matériaux, couleurs et tailles différentes. Tout dépend du modèle choisi, le but étant qu’il s’intègre parfaitement à l’environnement.

Le principe de fonctionnement est le suivant : de petits antivols qui se présentent sous la forme de badges ou d’étiquettes magnétiques sont accrochés directement sur les produits en vente.

Pour retirer ces antivols, les caissières ont à leur disposition des détacheurs anti-vols. Si un client tente de sortir avec un article sur lequel le marqueur anti-vol n’a pas été ôté, un champ magnétique va s’activer lors du passage au niveau du portique anti-vol et déclencher une sirène. Le vol sera donc évité !

Des portiques de sécurité magasin différents en fonction des différentes technologies.

Les différents modèles de portiques antivols

Il existe 3 sortes de portiques de sécurité magasin s’appuyant sur des technologies différentes :

  • La technologie radio-fréquence
  • Le dispositif électromagnétique
  • La technologie acousto-magnétique

Le système radio-fréquence (RF) :

C’est le dispositif le plus répandu. Il fonctionne avec une ou deux antennes antivols. Cette technologie est privilégiée dans les magasins de chaussures et de textiles. Elle présente des avantages comme :

  • Un bon niveau de détection situé entre 85 et 90 %
  • Antivols petits et discrets
  • Technologie la moins chère

Cependant, il faut prendre en compte les inconvénients suivants :

Si l’étiquette vient à être décollée, le dispositif va manquer de fiabilité. Le signal de radio-fréquence peut connaître des perturbations à cause d’objets métalliques.

De plus, l’écartement des portiques doit être choisi en fonction de la largeur du passage à protéger. Si le passage mesure 90 cm maximum, une seule antenne sera suffisante. Par contre, si l’allée mesure entre 90 cm et 2 mètres, il faudra installer 2 antennes antivols.

Le budget variera selon le dispositif choisi. Il faut compter entre 1200 et 1700 euros pour un portique équipé d’une seule antenne et entre 1600 et 2000 euros pour un système à 2 enceintes.

Le dispositif électromagnétique (EM) :

Cette technologie fonctionne avec des marqueurs antivols qui peuvent être désactivés ou réactivés indéfiniment. Si l’antivol n’est pas démagnétisé lorsqu’il passe au niveau du portique de détection, la fréquence magnétique détectée par les portails de sécurité va déclencher une alarme.

Ses avantages sont que les antivols sont particulièrement petits, pas chers et ils protègent même les objets métalliques. Ce système est notamment utilisé dans les bibliothèques et médiathèques grâce à l’aspect pratique de l’antivol qu’il est possible de désactiver ou réactiver à volonté. Ainsi, un produit comme un livre ou un CD peut être emprunté sans déclencher l’alarme.

Il faut néanmoins soulever les contraintes suivantes :

  • Faible taux de détection (de l’ordre de 70 %)
  • Équipement onéreux car nécessite impérativement 2 bornes donc les tarifs vont de 3500 à 5000 euros
  • Portée du champ magnétique de détection faible (limitée à 1 mètre)

La technologie acousto-magnétique (AM) :

Ce système est très utile pour les enseignes qui disposent d’un large accès. Il est privilégié dans les pharmacies et les magasins d’optique. Des lamelles fixés sur les articles vont vibrer dès qu’elles se trouveront dans le champ du portique de sécurité et déclencher une sirène d’alarme.

Les avantages de ce système sont :

  • Taux de détection élevé (95 %)
  • Protection des petits articles (pratique pour les produits cosmétiques)
  • Objets métalliques ne provoquent aucune perturbation

Cependant, ce dispositif nécessite souvent 2 antennes antivols et atteint un prix tout de même conséquent (de l’ordre de 3000 euros).

Il est possible également de louer les portiques de sécurité magasin au lieu de les acheter. Cela permet aux entreprises de pouvoir faire des économies et d’étaler leur capacité d’endettement, mais aussi de pouvoir tester l’efficacité d’un portique avant d’investir des sommes coûteuses dans un matériel qui pourrait ne pas être adapté aux besoins.

De même, la location permet de changer régulièrement les modèles en fonction de l’agencement des espaces et d’être toujours à la pointe de la technologie.

Une location à long terme peut aller de 50 à 100 euros et, pour un besoin événementiel, aller de 400 euros par semaine et monter jusqu’à 1000 euros par mois.

comment choisir les portiques de sécurité en entreprise ?

Les détecteurs de métaux portatifs

La sécurité en entreprise peut être également renforcée par l’utilisation de raquettes de détection. Ce sont des détecteurs de métaux qui sont notamment utilisés par les agents de sécurité pour faciliter la recherche d’objets métalliques tels que des couteaux, pistolets, lames de rasoirs…

Ces raquettes sont très maniables et peuvent être utilisées dans le contrôle d’accès des lieux publics comme les discothèques, les gares… mais également dans les entreprises pour contrôler les salariés à l’entrée et à la sortie. La raquette va émettre un signal sonore aussitôt qu’elle détectera un objet métallique.

Il ne faut pas confondre un portail de détection avec un rideau métallique.

Le premier est un système de détection, le second est un système anti-effraction placé en devanture des magasins en prévention des intrusions.

Il existe différents types de rideaux métalliques, à lames micro-perforés, manuels, motorisés. Leur choix dépend du type de local professionnel à protéger.